Tunis : Débat sur le développement durable en Afrique du nord

Le développement durable en Afrique du Nord est le thème principal de la réunion des experts qui a démarré ses travaux dimanche à Tunis en marge du colloque international sur les changements climatiques.

La rencontre, à l’initiative du Bureau Afrique du Nord de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) en partenariat avec le ministère tunisien de l’Environnement et du développement durable (MEDD) et l’Observatoire du Sahara et du Sahel (OSS), permettra de mettre l’accent sur les interactions entre les sphères économique, social et environnemental du développement durable.

Au cours de trois jours de travaux, le forum soulignera la nécessité de renforcer la coopération pour mieux répondre aux défis auxquels la région est confrontée.

Les experts venus de sept pays (Algérie, Egypte, Libye, Maroc, Mauritanie, Soudan, Tunisie) se pencheront sur plusieurs thèmes, notamment la croissance économique, les ressources naturelle, la biodiversité, la gouvernance et le développement humain.

«La communauté internationale est consciente de l’étroite imbrication entre croissance économique pour combattre la pauvreté et respect de l’environnement », a déclaré M. Karim Laraki, coordonnateur de la réunion.

«Faire face à la menace du changement climatique et à la perte de biodiversité sont considérées aujourd’hui comme les deux plus grands défis environnementaux de l’humanité ».

Pour sa part, Nadhir Hamada, ministre tunisien de l’Environnement et du Développement durable, a déclaré lors de la séance d’ouverture du colloque que «l’Afrique du Nord est la région du monde la moins pourvue en forêts (1% des superficies, contre 29% en Afrique subsaharienne et 50% en Amérique latine).

Par ailleurs, moins de 5% des superficies y sont protégées, contre 11% en Afrique subsaharienne et 16% en Amérique latine».

«La région est marquée par une accélération du taux de croissance qui ne génère cependant pas encore suffisamment d’opportunités d’emploi pour enrayer le problème du chômage. Le problème de l’éducation, de l’adéquation formation-emploi et du manque de renforcement des capacités demeure posé», a encore dit M. Hamada.

APA

Laisser un commentaire à propos de l'article- Merci de noter que ce n'est pas un site où mettre vos CV et informations personnelles.