Station touristique de Ouarzazate

Les contours du projet de la nouvelle station touristique de Ouarzazate se précisent. Le concept choisi par le consortium maroco-belge, à l’origine de ce projet, est le modèle de ville-casino. Un ensemble immobilier résidentiel, touristique et de loisir intégré sur une superficie de 374 ha, baptisé Mansour Lake City.

Ce projet, qui nécessitera un investissement initial de 5,4 milliards de DH, a fait l’objet d’une convention avec le gouvernement (voir L’Economiste des 13 et 17 septembre 2007).
Le groupe Palmeraie Marrakech, devenu Palmeraie Développement, tout comme Actif Invest, filiale de BMCE Capital, deux des trois entreprises membres de ce consortium, contribueront chacune à hauteur de 40% à la réalisation de ce projet. Le belge Thomas & Piron apportera les 20,4% restants.
Le business modèle choisi confie à chaque membre du consortium, selon son expertise, une mission bien précise. Actif Invest va s’occuper de l’asset management, le groupe Palmeraie Développement se chargera, en tant que maître d’ouvrage délégué, de tout ce qui a trait à la gestion de la production et Thomas & Piron, de la commercialisation du produit à l’international.
«L’ampleur du projet Mansour Lake City et la complexité de sa gestion impliquent de nouvelles structures de gestion plus adaptées», confie une source proche du dossier. D’où l’idée de créer une entreprise dédiée: SAVO (Société d’aménagement et de valorisation de Ouarzazate). Une entreprise qui, selon l’administrateur de Thomas & Piron, Christian Van de Craen, va être créée dans les deux mois à dater de la signature de la convention d’investissement, donc du 13 septembre.
Le capital de SAVO s’élève à 695 millions de DH, détenu à hauteur de 40% par Actif Invest et 60% par Thomas & Piron et Palmeraie Développement. Une cellule de gestion regroupant des représentants des trois entreprises sera également créée. Pour Van de Craen, la participation de son groupe dans ce projet, c’est principalement un apport dans le concept urbanistique et produit, et une maîtrise de la commercialisation, grâce à son bureau partenaire, l’Atelier.
Pour le groupe Berrada, ce projet confirme sa vocation de «groupe pionnier» dans le segment de l’immobilier de luxe au Maroc, à travers la réalisation de plusieurs projets résidentiels et hôteliers. «Pour affirmer cette vocation,
et renforcer notre image, nous avons initié un plan de restructuration visant à recadrer nos activités», nous confie la direction marketing et commerciale du groupe.
Rappelons que le projet Mansour Lake City consiste en la création de 8 unités hôtelières d’une capacité de 3.700 lits, un circuit de golf, un palais des congrès, un centre de remise en forme, un aquaparc, une médina contruite à l’identique de nos médinas et un espace commercial (Médina city center). Les promoteurs défient de créer à terme quelque 2.000 emplois directs.

Laisser un commentaire à propos de l'article- Merci de noter que ce n'est pas un site où mettre vos CV et informations personnelles.