Présidentielles 2012 • Colère des riches de France

Présidentielle 2012 : Riches de France en colère

Présidentielle 2012 : Riches de France en colère

Il est bien connu, les campagnes électorales sont souvent propices à la surenchère. Les engagements se multiplient, les promesses appellent les promesses ; si bien qu’on a pu dire qu’à chaque élection importante, le slogan le mieux partagé se résumait à la formule célèbre “Demain on rase gratis”.
Pourtant la campagne Présidentielle qui bat son plein en France apparaît, à bien des égards, quelque peu différente cette année 2012. Et sans doute faut-il y voir un effet des différentes crises qui viennent de secouer l’économie mondiale (crise financière puis crise de la dette). Toujours est-il que les candidats font moins dans les promesses généreuses, les caisses étant vides, leur marge de manœuvres – il est vrai – s’est sérieusement amoindrie. Et en réalité, une fois n’est pas coutume, ils manient d’avantage le bâton que la carotte. Et comme il faut bien prendre l’argent là où il se trouve, les plus nantis sont clairement dans leur ligne de mire.
Coup sur coup, le deux principaux candidats à la Présidentielle française de 2012 (François Hollande et Nicolas Sarkozy) ont ainsi tiré de leurs chapeaux des propositions quelques peu iconoclastes, en tout cas pour ceux dont le compte en banque est très bien pourvu. Le premier en promettant de taxer les grandes fortunes à 75 %, au delà d’un revenu supérieur à 1 million d’euros par an, ce qui n’est déjà pas si mal. Et le second en s’engageant à faire payer ce que l’on appelle “Les exilés fiscaux”, ceux qui trouvent que l’impôt en France est décidemment devenu insupportable et ont décidé d’aller vivre hors des frontières, histoire de mettre leur cagnotte à l’abri.
Mais voilà, semble t-il, que les riches se rebiffent ! En tout cas certains d’entre eux. Peut-être pas vraiment les plus riches d’entre les riches, d’ailleurs ceux-ci préfèrent se réfugier dans un prudent silence ; ni même les emblématiques. Mais parmi les plus célèbres assurément parce que régulièrement placés sous l’effet de l’actualité du fait de leurs activités dans des domaines tels que le spectacle ou le sport. Patrick Bruel et de ceux-là, le comédien chanteur s’en est pris cette semaine à François Hollande qu’il dit pourtant soutenir, qualifiant sa proposition de taxer à 75 % les revenus supérieurs au million d’euros de “mesure confiscatoire et spoliatrice”. Et Bruel de préciser sans rire qu’à part ça, il est très content de participer à la solidarité nationale et de verser à l’Etat une grande partie de ce qu’il gagne.
Quant à la mesure Sarkozy consistant à faire les exilés fiscaux, elle rencontre un écho très spécial ce week-end alors même que l’équipe de France de tennis affronte les Etats-Unis en quarts de finale de Coupe Davis. Car il se trouve au hasard que la plupart des membres de cette équipe sont justement des exilés fiscaux ! Sur les quatre joueurs qui défendent les couleurs de la France, trois en effet sont résidents suisses (Tsonga, Benneteau et Simon), le 4e Michaël Llodra n’étant lui-même rentré que récemment en France après avoir longtemps coulé des jours heureux sur les contreforts des Alpes Helvétiques. Et le capitaine Guy Forget, qui vit lui-même en Suisse depuis plus de 20 ans, a cru bon de monter au créneau pour défendre ses ouailles et un peu lui-même également en avançant que, même en période de crise, personne ne doit se sentir honteux ou coupable de quoique ce soit, et qu’il est toujours délicat de s’être montré du doigt.
Certes, les sportifs ont beau jeu d’expliquer qu’après tout leur période est courte et qu’elle peu même s’arrêter du jour au lendemain (blessures ou faute de résultats). Le fait est que les sommes faramineuses que certains peuvent gagner font souvent grincer bien des dents, certains footballeurs et non des moindres pourraient en témoigner. Mais Guy Forget d’ajouter aussi qu’en campagne électorale, les politiques annoncent toujours des programmes très alléchants et font quantité de promesses qu’ils ne tiendront pas forcément une fois élus. Et là il faut bien en convenir, il n’a pas tout à fait tort.

8 avril 2012

Laisser un avis ou un commentaire

Partager cet article MaghrebInfo

S'inscrire à la newsletter MaghrebInfo

Abonnez-vous à MaghrebInfo et recevez dans votre boite les dernières mises à jour du site, Entrer votre Email:

Ne pas oublier de confirmer votre inscription en cliquant sur le lien reçu par email