NAGAMI vise grand grâce aux nouvelles technologies

Nagami est un studio de design basé à Avila en Espagne qui s’est fait connaître mondialement il y a quelques mois grâce à ses chaises conçues en collaboration avec Zaha Hadid Architects et présentées lors de la semaine du design de Milan. L’objectif principal du studio est de fabriquer en combinant impression 3D et robotique. Nous avons donc voulu en savoir plus et avons rencontré Manuel Jiménez García, architecte de formation et co-fondateur de Nagami afin d’avoir son point de vue sur l’évolution du design et de l’architecture dans le domaine des technologies 3D.

3DN Pouvez-vous nous dire comment est née l’idée de créer Nagami et quels ont été ses premiers développements?

Je travaille dans la recherche en architecture à Londres depuis 9 ans, une recherche qui est principalement académique. Au cours des 5 dernières années, le laboratoire de recherche que je dirige à l’UCL Bartlett School of Architecture, s’est spécialisé dans les méthodes d’automatisation, et l’une d’elle est l’impression 3D grand format. Pendant ce temps, Ignacio et Miki, qui ont également suivi une formation en architecture, travaillaient sur la création d’une entreprise d’impression 3D en Espagne.

L’opportunité d’unir nos compétences est apparue lorsque le Centre Pompidou de Paris a commandé à mon laboratoire (Design Computation Lab) une œuvre pour son exposition Imprimer le monde. Nagami a été créé pour développer un système d’extrusion robotique qui a facilité la création de cette oeuvre, avec l’idée d’aller vers le développement de meubles de grande taille, une fois l’exposition terminée. VoxelChair v1.0 (le produit développé pour cet événement) est devenu une partie de la collection permanente du musée, et à partir de ce moment, la société a commencé son aventure dans le développement de produits, avec nos chaises Nobu et Estrat et le vase de Nital.

3DN : Pourquoi avez-vous décidé d’avoir recours aux technologies de fabrication additive et quelles techniques utilisez-vous aujourd’hui?

Les technologies de fabrication additive permettent d’obtenir davantage de libertés formelles, inaccessibles avec d’autres méthodes. Le type de géométrie promu par notre marque aurait peu de viabilité si nous utilisions des technologies plus traditionnelles, comme l’injection ou le moulage par soufflage, ou même d’autres technologies de contrôle numérique.

De plus, la fabrication additive est très efficace en termes d’utilisation des matériaux : en imprimant uniquement le matériau qui formera la pièce finale, les déchets sont considérablement réduits voire inexistants parfois.

Jusqu’à présent, nous concentrons nos efforts sur l’extrusion du plastique PLA. Nous utilisons du plastique sous forme de granulés, ce qui réduit considérablement le coût de production par rapport aux méthodes traditionnelles d’impression 3D avec filament. Nous avons développé de nouvelles techniques dans l’impression 3D telles que la gradation des pigments et l’impression à épaisseur variable, qui sont devenues des marques déposées de Nagami.

3DN: Pourriez-vous nous parler des projets les plus remarquables de Nagami et de ceux que vous envisagez dans un futur proche?

VoxelChair v1.0 reste un projet très important pour nous, non seulement parce que c’est notre premier projet réalisé au niveau professionnel, mais aussi parce que nous avons beaucoup appris en le développant.

www.3dnatives.com

18 mai 2018

Laisser un avis ou un commentaire

Partager cet article MaghrebInfo

S'inscrire à la newsletter MaghrebInfo

Abonnez-vous à MaghrebInfo et recevez dans votre boite les dernières mises à jour du site, Entrer votre Email:

Ne pas oublier de confirmer votre inscription en cliquant sur le lien reçu par email