Mesures drastiques pour lutter contre la contrefaçon en Algérie

C’est devenu un véritable fléau, celui qui concerne la plus part des pays du Maghreb, la contrefaçon, un phénomène qui met bien souvent en péril la vie des citoyens. Vu que la contrefaçon s’exerce dans de nombreux domaine à l’instar de celui des pièces d’automobile. C’est ainsi que le ministre algérien du commerce annonce des mesures rigoureuses pour lutter contre la contrefaçon en Algérie.
Les dégâts des pièces détachées contrefaites ne sont pas seulement économiques. Ces pièces, mal usinées et dont la durée de vie très limitée, sont aussi responsables d’un grand nombre d’accidents de la route, au moins 10 à 20 % selon les statistiques de la direction du commerce. Le ministre a donc annoncé des mesures de contrôle drastiques. Dorénavant, toutes les pièces automobile importées auprès de pays non fabricants normalement seront systématiquement rejetées aux frontières. Il n’est pas normal, explique dans la presse une responsable du ministère algérien, que des véhicules européens – qui sont largement majoritaires sur les routes algériennes – circulent avec des pièces en provenance de Chine. La Chine est en effet loin devant la France, l’Italie ou l’Allemagne, le premier pays pour les exportations de pièces détachées vers l’Algérie ; déjà en 2008, sur plus de 44.000 tonnes de pièces détachées importées, 1300 ont été bloquées par les services douaniers pour défaut d’étiquetage, anonymat, absence de marque. Et pour plus d’efficacité, dorénavant des correspondances seront adressées aux constructeurs afin qu’ils déclarent leur norme et spécifient ses techniques.
En clair, toutes les pièces détachées importées vers l’Algérie devront être certifiées par les sociétés mères. Un laboratoire national de contrôle qualité est en voie de réalisation en Algérie.
La presse algérienne salue l’initiative, mais espère qu’elle sera réellement suivie des faits. Ainsi El Watan se demande pourquoi les textes de la lutte contre la contrefaçon qui existent depuis 2002 n’ont pas aboutit à l’effet escompté. De fait selon les témoignages recueillis par l’Agence officielle APS, il est aujourd’hui très difficile de trouver des pièces détachées conformes sur le marché algérien ; et quand il y en a, c’est à un prix trop souvent inaccessible.

Laisser un commentaire à propos de l'article- Merci de noter que ce n'est pas un site où mettre vos CV et informations personnelles.