Maroc • Grève des transports de bus à Rabat et débat national autour de la modernisation des transports publics

La grève des transports en commun à Rabat, presque aucun bus depuis lundi dans les rue de la capitale marocaine. Les salariés réclament des assurances après la décision des autorités marocaines de transférer à une seule société la gestion exclusive des transports de la ville. Une décision qui illustre la volonté de moderniser des transports publics très en retard au Maroc.
La paralysie est donc quasi totale à Rabat depuis le début de la semaine et pour cause la grève très suivie dans les transports en commun de la capitale. Une mouvement local sur fond de débat national autour de la nécessaire modernisation des transports publics au Maroc.
Depuis lundi matin, presque plus un bus ne circule entre Rabat et Salé, la plupart des quartiers sont paralysés. Les syndicats des compagnies privées d’autobus entendent ainsi protester contre l’arrivée d’un nouveau consortium. Stareo, un groupe formé par le français Veolia et les sociétés de transport marocaines Bouzid et Hakam déjà opérationnelles dans la ville. Ce groupe aura à partir du 1er novembre l’exclusivité sur la gestion des autobus de Rabat – Salé.
Une concentration voulue par les autorités marocaines pour tenter d’améliorer la qualité du parc autobus et d’assurer aux usagers de meilleures dessertes plus rationnelles et plus homogènes.Stareo s’est également engagé à intégrer 3200 employés travaillant déjà dans les autres compagnies, et les syndicats s’inquiètent des conditions de recrutement et de la perte des avantages acquis.
Au-delà de cette dimension sociale, cette grève de transports à Rabat rappelle aussi combien aussi la question de la circulation en ville et son amélioration est un sujet d’actualité au Maroc, enfin pris en compte par les pouvoirs publics. Un tramway doit venir compléter le réseau entre Rabat et Salé dès 2010, et c’est aussi l’année prochaine que devrait entrer en fonction la première ligne de tramway de Casablanca. Un projet cette fois-ci titanesque qui va s’étendre sur 30 kilomètres à travers la capitale économique du Maroc et dont les gros travaux vont démarrer la semaine prochaine. 4 chantiers seront lancés sur les boulevards extérieurs de la ville et en plein cœur avec des travaux prévus sur l’axe Bahmad qui dessert la gare Casa-voyageurs et sur l’énorme artère centrale d’Abdelmoumen qui relie notamment Derb Ghalef au centre-ville. Là aussi ce sont donc des perturbations perspectives dans une ville déjà complètement engorgée par la circulation automobile. Mais il faut bien en passer par là pour enfin moderniser le transport public au Maroc.

Laisser un commentaire à propos de l'article- Merci de noter que ce n'est pas un site où mettre vos CV et informations personnelles.