Maroc: BMCE Bank et BCP vont lancer des filiales dédiées à la finance islamique

La Banque marocaine de commerce extérieur (BMCE) et la Banque Centrale Populaire (BCP) s’apprêtent à lancer des filiales dédiées à la finance islamique à l’heure où le parlement marocain discute d’une loi régissant les activités des banques islamiques dans le royaume, rapporte l’agence Reuters le 23 mars, citant des sources bancaires.
BMCE et BCP, qui figurent parmi les plus grands groupes bancaires marocains, n’attendraient, pour officialiser la création de leurs filiales «islamiques», que l’approbation par le parlement de ce projet de loi visant à capter l’épargne des classes moyennes pieuses et attirer des investissements en provenance des pays du Golfe.
Dans cette même optique, la Banque centrale du Maroc (Bank Al Maghrib) a entamé des pourparlers avec le conseil des Oulémas afin de créer un conseil central de savants musulmans dont la mission sera de superviser le développement de l’industrie de la finance islamique du pays.
Des sources informées au sein de BMCE Bank et BCP ont cependant indiqué à Reuters que les investissements initiaux des deux groupes dans les nouvelles filiales islamiques seraient au minimum, en attendant la réaction du marché, l’adoption d’un cadre réglementaire et l’intérêt des investisseurs étrangers. «Même si les analystes ne s’attendent pas à un énorme rush sur les produits islamiques après l’approbation du cadre réglementaire, nous devons prendre part à la bataille. On ne sait jamais», a précisé l’une de ces sources.
BMCE Bank et BCP devraient ainsi rejoindre Attijariwafa Bank, le groupe bancaire contrôlé par la holding royale SNI, qui a été le premier à créer une filiale dédiée à la finance islamique au Maroc.
Le royaume chérifien avait autorisé depuis 2010 les banques traditionnelles à offrir un petit paquet de services financiers islamiques. Mais l’attrait de la finance halal a augmenté dans le pays suite à l’entrée en fonction du gouvernement dirigé par le Parti justice et développement (PJD), une formation islamiste modérée. Outre les raisons idéologiques, le gouvernement marocain table désormais sur les sukuks pour attirer les fonds islamiques originaires des riches Etats pétroliers du Golfe en vue de combler un déficit budgétaire important.
La presse marocaine a révélé récemment que la Banque centrale du Maroc a reçu plusieurs demandes d’agrément de la part de banques islamiques originaires des pays du Golfe. Al Barak Bank (Bahreïn), la Banque d’investissement du Koweït et la Banque nationale du Qatar figurent parmi ces banques qui souhaitent s’installer au Maroc, selon la même source.
© Agence Ecofin

31 mars 2014

Laisser un avis ou un commentaire

Partager cet article MaghrebInfo

S'inscrire à la newsletter MaghrebInfo

Abonnez-vous à MaghrebInfo et recevez dans votre boite les dernières mises à jour du site, Entrer votre Email:

Ne pas oublier de confirmer votre inscription en cliquant sur le lien reçu par email