Maroc • Adoption définitive du nouveau code de la route

Stopper l’hécatombe sur les routes, c’est le but affiché du nouveau code de la route au Maroc, son élaboration a été longue et difficile. Mais après plusieurs mois de discussions, le texte est enfin validé. Le nouveau code a été définitivement adopté par la chambre des représentants.
C’était la dernière étape législative, obligatoire bien sur mais devenue une simple formalité grâce aux efforts conjugués du ministère des transports, du parlement et des organisations professionnelles qui négocient les moindres détails depuis avril dernier après les grèves des transporteurs routiers qui refusaient la première mouture du texte.
Entre cette première mouture et le texte définitivement validé qui compte 317 articles, lus de 300 amendements ont été apportés. Mais les objectifs n’ont pas varié : faire baisser le nombre des victimes de la route au Maroc à travers une répression plus sévère des infractions et des délits, mais aussi une meilleure formation tout en prenant compte des conditions de travail des professionnels du transport.
Concrètement, principaux changements dans ce nouveau code de la route marocain qui vient rénover un texte vieux de 50 ans :
– L’instauration d’abord d’un permis à points (capital initial 30 points)
– Les conditions d’octroi du permis de conduire qui rend nécessaire une mise à niveau des auto-écoles.
– Les peines d’emprisonnement pour les délits les plus graves prévues par le code pénal, elles sont maintenues. Sur ce dernier point, les procédures ont été renforcées pour déterminer avec précision les responsabilités.
Prévu par le nouveau code de la route au Maroc, l’alcotest. Pour ce qui concerne les professionnels, la vérification du poids des camions, le chronotachygraphe qui contrôle à la fois le temps de conduite et le temps des routiers des routiers. Il y aura encore plus de radars qui seront signalé tout comme les barrages de police ou de gendarmerie.
Les amendes, quant à elles, seront de 300, 500 ou 700 dirhams selon la gravité de l’infraction, cumulables ou pas avec un retrait de points permis ou le retrait de ce permis, c’est très inférieur à ce que prévoyait la première réforme.
Touts ces réglementations seront renforcées par une campagne de sensibilisation et de prévention, et l’accent sera mis tout particulièrement sur les spécificités du transport en milieu rural notamment le transport clandestin.
Selon le ministre des transports le Maroc, avec ce texte, dispose maintenant d’un code moderne, adapté à une circulation routière en forte augmentation aussi bien qu’aux réalités socioéconomiques. Karim Ghellab souligne aussi que c’est un outil pédagogique tout autant que répressif pour faire changer les comportements, et qu’il sera accompagné par la poursuite des travaux engagés pour améliorer les infrastructures routières au Maroc.
Le nouveau code de la route au Maroc entrera en vigueur le 1er octobre prochain, avec comme objectif de sauver des vies. En 2008, 4160 personnes ont été tuées sur les routes marocaines et ce devrait être encore plus en 2009.

Laisser un commentaire à propos de l'article- Merci de noter que ce n'est pas un site où mettre vos CV et informations personnelles.