Les artistes Marocains ont enfin une mutuelle

Enfin une mutuelle nationale des artistes ! Après sa constitution récente et l’élection samedi dernier de Mohamed Kaouti comme président, ces artistes aspirent à un lendemain meilleur. Témoignant énergiquement de l’efficience d’une telle démarche, celui-ci affirme à l’issue de sa nomination, que l’heure sera, désormais, au dialogue et à la concertation entre les divers membres.

M. Kaouti donne le ton. D’emblée, il précise que cette initiative qui a vu le jour tout récemment augure d’une période ponctuée par les efforts décuplés des uns et des autres pour aller de l’avant. Mais d’ores et déjà le début était prometteur. Remontons, en effet, au 24 juin 2007, jour de la constitution de la Mutuelle nationale des artistes (MNA) par plus de deux mille artistes marocains provenant de onze secteurs (arts plastiques, théâtre, cinémaŠ). À cette date-là, rappelle le président fraîchement élu, cinquante-trois délégués représentant lesdits secteurs ont été désignés.
À l’issue de l’accord du ministère de l’Economie et des Finances et celui de l’Emploi, et en vertu d’une décision commune de ces deux autorités de tutelle début octobre dernier, la constitution légale et juridique de la Mutuelle nationale des artistes a été approuvée. Pas plus loin que samedi dernier, un autre pas et non des moindres a été franchi. « Une fois les conditions requises réunies, les cinquante-trois délégués ont été convoqués pour élire le président de la MNA, les membres du conseil d’administration ainsi que les membres du comité directeur. Pour rappel, cette initiative a eu lieu sous l’égide de la ministre de la Culture, Touria Jabrane, et Khalid Naciri, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement », affirme M. Kaouti.
Soutenu par les membres dirigeants de la MNA, Kaouti ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Car l’enjeu est de taille pour l’art et les artistes sous notre ciel. Bien entendu, le Maroc peut se targuer aujourd’hui de cette action saluée par les premiers concernés, à savoir les artistes, qui n’espéraient pas mieux. Toutefois, force est de constater que le plus dur reste à faire.
Maintenant que la constitution légale et juridique de la Mutuelle nationale des artistes a été accomplie, voici venu le temps de passer aux choses sérieuses. Conscient de l’ampleur de la responsabilité qui l’attend, Kaouti ne manque pas d’énumérer les actions à venir. Elles sont, faut-il le dire, aussi cruciales et aussi pressantes que celles concrétisées.
« Il est, de ce fait, souligne-t-il, dorénavant, primordial de travailler en synergie pour l’élaboration d’un plan d’action. Chose qui nécessitera une réelle implication sur les plans de la gestion et de l’administration. Il faudra également ajoute-t-il, une forte concertation pour l’approbation par l’assemblée générale du plan d’action et des projets arrêtés. »

Il n’en demeure pas moins que pour celui qui détient les rênes de cette tant attendue entité, la coordination, la communication et l’incitation à l’adhésion demeurent les mots-clés. C’est effectivement le secret de la réussite et du bon fonctionnement d’une telle action. Cela n’empêche pas ceux à qui cette mutuelle a été dédiée de se demander si cette entreprise aura le succès escompté. Ne dit-on pas que tout vient à point nommé à qui sait attendre. Alors n’anticipons pas les choses et faisons comme notre homme qui laisse augurer des nouveautés…, mais pas avant 2008.

 

Al Bayane

Laisser un commentaire à propos de l'article- Merci de noter que ce n'est pas un site où mettre vos CV et informations personnelles.