Le TAS a donné raison au Maroc

Est-ce le début de la fin de Hayatou?
Le Maroc ne fait certes pas partie des équipes du haut du classement de la FIFA, il n’a pas de gros titres qui font la UNE des journaux étrangers, mais le Maroc, qu’on le veuille ou pas, une nation de football, une nation qui respire le football, une nation qui a retenu son souffle jusqu’au dernier moment du verdict du TAS. Une décision qui confirme sinon le bien fondé du dossier marocain, les ratages successifs de celui qui se déclare Monsieur CAF. Aujourd’hui, on est en droit de se demander si le verdict du TAS est une victoire pour le football national ou plutôt une autre humiliation à Hayatou (Patron de la CAF), une façon de lui dire que quand on est à la tête d’une instance sportive pour plus de 28 ans, on commence à se comporter comme si on était dans son entreprise familiale.
Laissons Hayatou de côté, la nouvelle à elle seule se chargera de lui donner matière à revoir ses prises de décision, et focalisons- nous sur ce qui attend le Maroc.
Le verdict du TAS ne doit pas nous donner l’impression qu’on a réhabilité l’image de notre football national. Aujourd’hui plus que jamais, la balle est dans le camp de la FRMF pour repenser un certain nombre de dossiers relatifs à la pratique footballistique. Aujourd’hui, c’est à Zaki, Fakhir, Romao, Walid Regragui et Sergio Lobera, puisque tous impliqués dans différentes manifestations sportives africaines de prouver que le football marocain a mérité, et mérite la clémence du TAS. Il appartient désormais à cette jeune génération de joueurs de saisir cette chance, de s’appliquer et de montrer à tous qu’elle peut repositionner notre football dans sa vraie place sur l’échiquier international.
Tous les Marocains, à raison d’ailleurs, jubilent à la victoire de notre cause face à la CAF, ou du moins face à Aissa Hayatou. Seulement, il faut être conscient au fait que cette euphorie ne doit pas dépasser les limites. Mercredi prochain, il y aura le tirage au sort de la CAN 2017, Zaki et les responsables de la Fédération doivent établir une vraie carte de route en mesure de nous mener le plus loin possible dans cette compétition. Le Raja, le FUS et le MAT doivent assumer davantage leur responsabilité car ils ne représentent plus que leurs villes respectives, mais tout le Maroc et tous les Marocains. Mieux encore, les décideurs doivent songer à une représentativité au sein de la CAF.
Assez de jouer l’élève docile qui applique les conseils à la lettre et obéit pour mériter un bon point de la part du maître. Soyons acteurs actifs de cette instance, faisons entendre notre voix, Hayatou, qui a commencé sa carrière du Maroc, doit comprendre qu’il peut aussi la finir à cause du Maroc.
Pour cela, la Fédération doit avoir du cran, de la clairvoyance, de la perspicacité et beaucoup de volonté pour marquer le point et être au rendez-vous. La CAN 2017 est arrivée. Et si on se proposait pour l’organiser, bien que ce soit trop peu probable.
© libe.ma

3 avril 2015

Un Commentaire concernant “Le TAS a donné raison au Maroc”

  1. CHENNOUF Sadok dit :

    Bonjour,

    Tout d’abord félicitations non seulement pour le Maroc mais aussi pour le Maghreb. Il faut agir en groupe et non pas d’une maniéré individuelle.

    Pour être acteur actif dans n’importe quelle instance internationale sportive ou autre, il faut agir en groupe. Dans ce sens, les pays d’Afrique du Nord (les pays du Maghreb + l’Égypte) doivent avoir beaucoup de solidarité pour défendre nos intérêts et pour plus de représentativité dans ces instances.

    Salutations cordiales.

    View Comment
 

Laisser un avis ou un commentaire

Partager cet article MaghrebInfo

S'inscrire à la newsletter MaghrebInfo

Abonnez-vous à MaghrebInfo et recevez dans votre boite les dernières mises à jour du site, Entrer votre Email:

Ne pas oublier de confirmer votre inscription en cliquant sur le lien reçu par email