Le rôle de la banque d’affaires au Maroc

Plusieurs experts réunis vendredi soir à Paris, dans le cadre d’une conférence sur le rôle de la banque d’affaires au Maroc, ont souligné le dynamisme fort et particulièrement attractif du monde de la finance au Maroc, relevant que le système financier marocain est de loin le plus avancé et le plus sophistiqué dans le continent africain, à côté de celui de l’Afrique du Sud.
Après avoir donné un aperçu sur l’historique des banques d’affaires au Maroc, dont la première structure a été créée en 1992, les intervenants ont indiqué que l’Etat marocain a opéré une réforme pour créer le cadre réglementaire nécessaire à la pratique des métiers de ces banques qui ont joué un rôle de premier plan dans l’accompagnement de l’entreprise aux niveaux macro-économique et micro-économique.

Ils ont cité notamment la réforme en profondeur de la bourse de Casablanca, l’élaboration de lois permettant au marché financier de se développer à l’international, la création des premiers fonds capital-risque et le développement du marché obligataire.

Faisant état de la vitalité et du dynamisme de ce secteur, les conférenciers ont précisé que les volumes enregistrés sur la bourse de Casablanca sont passés de 20 milliards de dh en 1996 à plus de 180 milliards de dh actuellement, et que la capitalisation boursière représente aujourd’hui 116 pc du PIB au lieu de 23 pc en 1996, des niveaux comparables à ceux des pays développés, sans compter le nombre de plus en plus croissant des sociétés cotées en bourse.

Ils ont, par ailleurs, rappelé que le programme des privatisations dans le Royaume, l’ouverture du Maroc sur l’économie mondiale, à travers la conclusion d’accords de libre échange avec l’UE, les Etats-Unis, la Turquie et les pays arabes, ainsi que les projets structurants réalisés dans le pays ont conforté la mise en place de ces banques.

« Il fallait accompagner les entreprises dans la définition d’une stratégie de développement et de croissance, dans l’accès à des sources de financement internes et externes et dans le développement à l’international », ont-ils souligné, notant que l’évolution de l’environnement des affaires au Maroc et la réforme du système financier ont aidé les banques d’affaires à accompagner efficacement et correctement les entreprises marocaines Organisée par l’Association marocaine aux grandes écoles (AMGE-Caravane), cette conférence a été animée devant les étudiants de l’European School of management (ESCP-EAP) à Paris, par Souad Benbachir, associée administrateur en charge des métiers Finance d’entreprise et Capital-risque au sein du groupe CFG, El Houssine Sahib, directeur de la Banque des Marchés et d’Investissement du groupe AttijariWafa bank, président du conseil de surveillance de la Bourse de Casablanca et Mehdi Tahiri, directeur Général de Capital Invest, groupe BMCE Capital.

L’objectif de cette conférence, qui a traité de la position centrale des banques d’affaires dans le développement de la nouvelle économie marocaine, est de renverser la tendance de la fuite des cerveaux en permettant aux étudiants marocains d’être au fait de l’évolution de l’environnement des affaires dans le Royaume et de participer au développement économique de leurs pays.

MAP

Laisser un commentaire à propos de l'article- Merci de noter que ce n'est pas un site où mettre vos CV et informations personnelles.