Le rendez-vous de Tunis tranchera les mécanismes

Une nouvelle appellation est déjà donnée au marché maghrébin. Il s’agit d’un marché national dans un concept global englobant les 5 pays du Maghreb. C’est ce qu’on peut retenir de la conférence débat organisée hier par le centre de presse d’El Moudjahid et assurée par les membres de l’Union maghrébine des employeurs (UME) et du Maghreb économique.

M Marrakech, le représentant de l’UME en Algérie, qui animera le débat, indiquera dans ce sens que le marché maghrébin présente pour les employeurs un marché de près de 100 millions de consommateurs. Ainsi, le conférencier parle dans son exposé d’une opportunité pour les investisseurs maghrébins qui, selon lui, doivent saisir cette opportunité qui se trace dans une logique d’intégration intermaghrébine. Par la même occasion, le conférencier fera rappeler que la création de l’UME entre dans le cadre des dispositions des textes ayant permis la naissance de l’Union maghrébine arabe (UMA). Et de souligner dans le même contexte qu’il est attendu de cette institution, en l’occurrence l’UME, d’entreprendre des échanges à même d’apporter deux points de plus à la croissance économique maghrébines, et ce dans chaque pays maghrébin. Pour poursuivre que ces échanges permettront de créer une centaine d’emplois et améliorer la situation sociale au Maghreb. Pour informer, à titre illustratif, d’une telle coopération à une échelle régionale de la rive sud de la Méditerranéen et qu’il est prévu les 28 et 29 novembre de l’année en cours la tenue à Tunis, la capitale de Tunisie, d’une conférence de l’UME sur le rôle du secteur privé dans l’intégration économique du Maghreb. Troisième du genre après celle d’Alger tenue en juin 2005 et celle du Maroc tenue en décembre 2006, elle est née sous l’égide de l’UMA et est une initiative du Fonds monétaire international (FMI) qui vise l’intégration économique du Maghreb. A souligner que c’est l’Algérie abrite le siège de l’UME. Cette organisation propose des dialogues avec les gouvernements des pays respectifs à même de coordonner. M Marrakech dira, à ce sujet, que «nos économies n’ont comme alternative que de nouer des relations intra-maghrébines». Et de citer les organisations patronales qui activent dans les 5 pays du Maghreb. Ce même responsable invitera toutes les organisations patronales des 5 pays de participer à plus de collaboration. Le conférencier reviendra sur le rendez-vous de Tunis où il indiquera que la rencontre sera précédée d’une réunion devant s’étaler sur deux jours et permettre aux experts du FMI et aux cinq parties concernées de procéder à une appréciation de l’état des lieux. Quant à la conférence de Tunis, qui réunira les ministres des Finances, du Commerce, et les gouverneurs des banques centrales des cinq pays du Maghreb, elle donnera lieu à la lecture de deux rapports de constat de la situation tels qu’élaborés par le FMI et l’UME, ce dernier étant encore au stade de réalisation. Et d’informer que de la Conférence de Tunis, seront dégagés les recommandations et un plan d’action mettant en exergue les grandes lignes stratégiques à devoir adopter par le secteur privé appelé à contribuer largement à l’intégration économique du Maghreb.

La nouvelle république

Laisser un commentaire à propos de l'article- Merci de noter que ce n'est pas un site où mettre vos CV et informations personnelles.