Le Maroc réagit aux accusations du juge espagnol Pablo Ruz

Les accusations du juge espagnol Pablo Ruz au sujet d’un présumé « génocide » au Sahara passent mal au Maroc. Le ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération a réagi samedi, dénonçant « une nouvelle tentative d’exhumer un dossier ancien, après celle de 2007, qui s’est révélée vaine et truffée d’erreurs factuelles graves ». Le Maroc tacle les parties aux motivations “obscures” qui sont derrière ces accusations.
Le Maroc n’a pas trop tardé à réagir aux accusations du juge de la Haute Cour espagnole, Pablo Ruz, sur un présumé génocide au Sahara. Après les déclarations de Ruz qui a affiché sa volonté de poursuivre onze hauts responsables marocains, Rabat a dénoncé « une nouvelle tentative d’exhumer un dossier ancien, après celle de 2007, qui s’est révélée vaine et truffée d’erreurs factuelles graves et d’incohérences frôlant le ridicule », dans un communiqué du ministère des Affaires Etrangères publié samedi.
Pablo Ruz veut poursuivre l’ancien gouverneur de l’Administration territoriale, Abdelhafid Ben Hachem, le gouverneur de Smara entre 1976 et 1978, Said Ouassou, le vice-gouverneur, Hassan Ouchen, le Directeur financier de la police judiciaire, Sami Ben Brahim, le Commissaire El Arbi Hariz, le colonel des Forces armées, Abdelhak Lemdaour, le colonel responsable de la Gendarmerie royale à Agadir Driss Sbai, ainsi que le colonel Lamarti, Moulay Ahmed Albourkadi, Bel Laarabi et Abdelghani Loudghiri.
Rabat fustige le timing…
Pour le Maroc, « les semblants de ’’corrections’’ apportées (par la justice espagnole) depuis confirment le manque de crédibilité de la démarche et son caractère inique ». Rabat rappelle également que les faits signalés ont plus de 25 ans et portent sur une période particulière de l’histoire du Maroc. « Les déterrer aujourd’hui préside surtout d’une instrumentalisation politique, d’autant plus qu’ils ont été couverts par le travail de l’Instance équité et réconciliation (IER)…», note le MAEC.
Mais c’est surtout le moment choisi pour annoncer ces poursuites que fustige Rabat. Alors que l’ONU va bientôt se prononcer sur la question du Sahara, le Maroc dénonce « les parties, bien connues (Polisario), qui sont derrières ces manœuvres et dévoilent leur agendas politiques réelles…». Selon le MAEC, « certains individus, aux motivations obscures et en quête de gloire personnelle, mettent leurs responsabilités au sein du système judicaire espagnol, au service de manigances ciblant la relation bilatérale maroco-espagnole, qui traverse, aujourd’hui, une de ses phases les plus sereines et les plus prometteuses ».
Une tournure qui n’est pas tout à fait à exclure. Le journaliste espagnol Ignacio Cembrero avait même fait part de craintes de certains milieux politiques et diplomatiques de voir la coopération avec le Maroc entrer dans une zone de turbulence, comme ce fut le cas avec la France l’année dernière après la plainte déposée à Paris contre Abdellatif Hammouchi, le responsable du contre espionnage marocain.
…mais est prêt à collaborer
Toutefois, le Maroc se dit « disposé à coopérer pleinement avec les autorités espagnoles pour démontrer le caractère infondé des accusations ». En revanche, il n’acceptera « toute poursuite judiciaire contre des citoyens marocains à l’étranger pour des faits supposés avoir été commis sur le territoire national et qui demeurent du ressort de la justice marocaine ».
La réaction du Maroc est pour le moins mesurée et elle devrait rassurer le gouvernement espagnol sur l’avenir de l’axe Rabat-Madrid. Le communiqué a réitéré l’engagement du Maroc à renforcer « la relation de bon voisinage constructif et au partenariat stratégique particulier qui le lie au Royaume d’Espagne », tout en veillant à la préserver « contre toutes les manœuvres de nuisance ourdies par les adversaires de cette relation ».
Salaheddine Mezouar est attendu demain (lundi) à Barcelone pour prendre part à une réunion informelle de l’Union européenne avec les pays de la rive sud de la Méditerranée. Il devrait aborder la question de la décision du juge Pablo Ruz avec José Margallo.
© Yabiladi.com

12 avril 2015

Laisser un avis ou un commentaire

Partager cet article MaghrebInfo

S'inscrire à la newsletter MaghrebInfo

Abonnez-vous à MaghrebInfo et recevez dans votre boite les dernières mises à jour du site, Entrer votre Email:

Ne pas oublier de confirmer votre inscription en cliquant sur le lien reçu par email