HRW dénonce les traitements dans les camps de Tindouf

Les populations sahraouies des camps de Tindouf, sur le territoire algérien, sont confrontées « à des restrictions de certains de leurs droits », a affirmé, samedi le HRW.
Human Rights Watch, qui présentait à Alger son rapport sur la situation des droits de l’ Homme dans les camps, souligne avoir « recueilli des allégations crédibles selon lesquelles les autorités (du front polisario) harcèleraient certains détracteurs pour s’être ouvertement exprimés ». De plus, a-t-on ajouté de même source, « les droits de certains civils traduits devant des tribunaux militaires ont été restreints, et des pratiques de type esclavagiste continuent d’exister ». Ainsi, l’organisation internationale exhorte le polisario à « mettre un terme à la compétence des tribunaux militaires sur les civils, et redoubler d’efforts pour éradiquer tous les vestiges de l’esclavage ».
Le front devrait aussi veiller « à ce que les habitants des camps de réfugiés soient libres de remettre en question de façon pacifique ses politiques et sa direction, et de défendre d’autres options que l’indépendance ». Le rapport de 94 pages, intitulé « Pas sur les écrans : Les droits humains dans les camps de réfugiés de Tindouf », recense plusieurs cas de violations des libertés d’expression, de mouvement et de rassemblement dans les camps de Tindouf, où l’on passe sous silence des « opinions divergentes de celles des dirigeants du Front ». Parallèlement à ce rapport, HRW diffuse son site Internet une vidéo sur « un cas d’esclavage moderne » présentant un témoignage poignant sur ces pratiques dégradantes de la dignité humaine.
© medi1.com avec MAP

Laisser un commentaire à propos de l'article- Merci de noter que ce n'est pas un site où mettre vos CV et informations personnelles.