Gilets Jaunes: Manifestation de la place Concorde sera interdite

Des journalistes dénoncent un climat tendu dans les rassemblements des «gilets jaunes»

« Insultes », « crachats », « menaces »: des dizaines de journalistes ont dénoncé sur les réseaux sociaux des tensions dans le cadre de la couverture des rassemblements des « gilets jaunes ». « Le journaliste en a ras la plume, le micro ou la caméra de se faire malmener, insulter, conspuer », lançaient lundi huit journalistes montpellierains, réunis dans le collectif « Paye toi un journaliste », dans un communiqué appelant à « renouer le dialogue avec les citoyens ».

Samedi à la sortie de Besançon, un photographe bénévole de la radio associative Bip a enduré des insultes racistes avant de recevoir un coup de poing au visage, a affirmé la radio dans un communiqué, précisant qu’une plainte avait été déposée lundi. BFMTV assure avoir été particulièrement visée par les manifestants. Samedi soir, un reporter a reçu un œuf pendant un direct sur les Champs-Élysées ; une plainte a été déposée. Lundi soir, plusieurs dizaines de « gilets jaunes » se sont présentés au pied de la rédaction parisienne de la chaîne, selon sa direction.

Dimanche, une jeune journaliste pigeant pour BFMTV a été prise à partie par des manifestants près de Montpellier, ce qui l’a poussée à lancer avec des amis et collègues le mouvement « Paye ton journaliste ». « Je me suis faite aboyer dessus », a indiqué à l’AFP la reporter, Céline Durchon. Ces incidents « sont de plus en plus fréquents et ne permettent pas de travailler de manière sereine », a protesté Hervé Béroud, directeur du pôle information dans l’audiovisuel chez Altice France, la maison-mère de BFMTV.

Le syndicat SNJ de France Télévisions a également relevé dans un communiqué « des insultes subies par des équipes de reportage de France Télévisions ou diffusées sur les réseaux sociaux ».

www.lefigaro.fr

Laisser un commentaire à propos de l'article- Merci de noter que ce n'est pas un site où mettre vos CV et informations personnelles.