Gaza: Israël accepte de prolonger une trêve humanitaire jusqu’à dimanche soir

Le Cabinet de sécurité israélien a approuvé samedi soir la demande de l’ONU de prolonger la trêve humanitaire à Gaza jusqu’à dimanche soir, une décision unilatérale rejetée par le Hamas.
Le Cabinet a approuvé la demande de l’ONU concernant une trêve humanitaire valable jusqu’à dimanche minuit (21h00 GMT), a indiqué une source gouvernementale israélienne, sous couvert d’anonymat.

Un porte-parole du Hamas a cependant déclaré samedi soir que le mouvement islamiste palestinien rejetait cette prolongation de 24 heures.
Aucune trêve humanitaire n’est valable sans retrait des chars israéliens de la bande de Gaza et sans que les habitants ne puissent retourner dans leurs maisons et que les ambulances transportant les corps soient libres de circuler à Gaza, a déclare Fawzi Barhoum, le porte-parole du Hamas dans un communiqué.
Pendant douze heures samedi, les habitants de l’enclave palestinienne ont connu un répit, avec une pause humanitaire qu’Israël avait accepté de prolonger jusqu’à samedi minuit (21H00 GMT).
Mais dans la soirée, la branche armée du Hamas, les brigades Ezzedine al-Qassam, a revendiqué des tirs de roquettes en direction du sud d’Israël et de Tel Aviv. L’armée israélienne a confirmé ces tirs, qui ont de nouveau déclenché les sirènes d’alarmes dans le pays.
En réponse, l’artillerie a ouvert le feu localement dans le secteur de Rafah (sud de la bande de Gaza NDLR) sur les positions d’où ont été tirées les roquettes, a indiqué une porte-parole de l’armée israélienne à l’AFP.
Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon avait appelé samedi les parties à prolonger la trêve humanitaire pendant 7 jours, avant d’appeler les deux parties à étendre a minima la pause humanitaire censée prendre fin à la journée.
Cet appel a été repris depuis Paris par plusieurs ministres des Affaires étrangères, dont le secrétaire d’Etat américain John Kerry.
L’armée continuera cependant ses opérations contre les tunnels, a précisé la même source gouvernementale israélienne, ce qui implique une suspension des frappes aériennes, maritimes et terrestre mais le maintien des forces israéliennes sur place, comme ce fut le cas samedi.
Toute la journée de samedi, les habitants ont profité de l’arrêt des combats pour retourner vers des maisons dont ils avaient été chassés par les combats. Bien souvent, ils n’ont trouvé que des ruines.
Durant la journée, 147 corps ont été retirés de ces décombres, selon un bilan des services de secours qui porte à plus de 1.000 le nombre de Palestiniens tués à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne le 8 juillet.
© AFP

Laisser un commentaire à propos de l'article- Merci de noter que ce n'est pas un site où mettre vos CV et informations personnelles.