France • Procès d’un diplomate tunisien jugé pour actes de tortures

Affaire Ben Saïd en FranceC’est un procès exceptionnel qui s’ouvre à Strasbourg, celui d’un diplomate tunisien jugé par contumace et selon le principe de la compétence universelle qui fonctionne pour les affaires les plus lourdes. L’homme est poursuivi pour tortures.
Voilà un procès qui ne durera qu’une journée mais qui a d’ores et déjà un caractère historique, puisque c’est la première fois qu’un diplomate jugé en France sur le principe de la compétence universelle qui donne la possibilité à un pays de poursuivre les auteurs présumés de crimes graves, quel que soit le lieu où ils ont été commis, et quel que soit la nationalité des auteurs ou des victimes.
Khaled Ben Saïd occupait le poste de vice-consul de Tunisie à Strasbourg, lorsque Zoulaikha Gharbi a porté plainte contre lui en mai 2001. Mme Gharbi, une mère de 5 enfants aujourd’hui âgée de 44 ans, le désigne comme le chef des hommes qui l’auraient arrêtée, insultée, humiliée et surtout torturée pendant près de 24 heures en août 1996 dans un poste de police de Jendouba, une petite ville située au nord-ouest de Tunis et où Khaled Ben Saïd était à l’époque commissaire. Zoulaikha Gharbi, dont le mari appartenait à un parti politique interdit, avait été interpellée à son domicile alors que son époux avait fui la Tunisie et obtenu l’asile politique en France. Depuis elle a bénéficié du regroupement familial et a pu s’établir à son tour en France. Et c’est en apprenant que son ancien tortionnaire avait été nommé à Strasbourg, qu’avec le soutien de la Fédération internationale des droits de l’homme, elle a trouvé le courage de porter plainte contre lui.
Convoqué par la police française puis par le juge d’instruction chargé du dossier, Khaled Ben Saïd a préféré fuir la France et retourner en Tunisie où, aux dernières nouvelles, travaillerait et jouirait d’une entière liberté de mouvement. Absent à son procès, il n’en sera pas moins jugé par contumace pour actes de torture et de barbarie, un chef d’accusation pour lequel il encourt jusqu’à 20 années de réclusion.

15 décembre 2008

Laisser un avis ou un commentaire

Partager cet article MaghrebInfo

S'inscrire à la newsletter MaghrebInfo

Abonnez-vous à MaghrebInfo et recevez dans votre boite les dernières mises à jour du site, Entrer votre Email:

Ne pas oublier de confirmer votre inscription en cliquant sur le lien reçu par email