Football • Des salaires qui donnent le tournis !

Les adeptes du football appelle cela un Clasico, le choc entre le PSG (Paris Saint-Germain) et l’OM (Olympique de Marseille). Les deux clubs les plus populaires de France se sont affrontés pour le compte de la 15e journée de Ligue 1. Une rencontre qui a fait beaucoup parler, ce n’est pas seulement parce qu’elle a opposé deux des meilleurs équipes françaises, mais plutôt parce que le Clasico est toujours un choc entre deux effectifs et deux publics qui ne s’apprécient guère même si l’on a toujours un peu mal à comprendre le pourquoi de leur inimitié qui dépasse de loin sans doute le simple cadre sportif.
Depuis le début de la saison d’ailleurs, le deux clubs connaissent les fortunes diverses. Les parisiens mènent la course tandis que les marseillais ont plus de mal. Mais l’opposition du PSG et de l’OM a donné l’idée à une certaine presse de porter la compétition sur un autre terrain, financier celui-là, en comparant les salaires de leurs joueurs respectifs. Et à ce petit jeu, forcé de le constater, c’est le PSG qui l’emporte.
Certes, c’est un joueur de Marseille qui s’adjuge la meilleure rémunération, l’argentin Lucho Gonzalez qui gagne 360.000 euros but par mois hors primes de matchs et bonus. Et on peut remarquer au passage qu’il fait bon être argentin en France puisque le second plus important salaire qui échoit à un joueur du PSG cette fois, celui de Javier Pastore avec quelques 350.000 euros mensuel.
Cela dit si l’on compare les masses salariales globales, le PSG l’emporte sur son rival OM. Paris compote ainsi 11 joueurs à plus de 200.000 euros par mois contre 9 à Marseille. 5 joueurs parisiens peuvent se targuer de gagner plus de 300.000 euros mensuel, outre Pastore il y a encore Nenê, Diego Lugano, Mamadou Sakho et Mohamed Sissoko. Alors qu’à l’OM, seul André-Pierre Gignac ET Alou Diarra émargent au même niveau. Enfin entre 200.000 et 250.000 euros par mois, on trouve six joueurs de chaque côté : Hoarau, Erding, Matuidi, Sirigu, Ménez et Gameiro côté parisien. Rémy, Diawara, Cheyrou, Mandanda, Mbia et Valbuena côté marseillais.
Autant de chiffres qui donnent le tournis et qui – il faut bien en convenir – peuvent choquer en ces temps de crise et de restrictions budgétaires en France. D’autant que toutes ces sommes sont hors contrats publicitaires et autres rémunérations exceptionnelles.
Les responsables des clubs de foot tout comme les joueurs eux-mêmes se défendent cependant de tout excès. Arguant du fait que la carrière d’un footballeur est courte, qu’elle est soumise à nombre d’aléas physiques notamment et de toute façon le football est un spectacle et qu’il génère une économie abondante. D’autant que si parisiens et marseillais ont toutes les raisons de se féliciter d’un système dont ils profitent grassement, ils sont loin d’être les mieux lotis en Europe. Chez les français par exemple, Franck Ribéry émarge à plus de 800.000 euros mensuel au Bayern Munich, et que dire du portugais Cristiano Ronaldo au Real Madrid ou de l’anglais Wayne Rooney à Manchester United (13 millions de salaire annuel chacun). Ou du camerounais Samuel Eto’o actuellement le footballeur le mieux payé du monde depuis qu’il a opté pour un obscur club russe pour la bagatelle de 20 millions d’euros par an.
Face à ces stars des comptes en banques, parisiens et marseillais font pale figure n’en déplaise à leurs supporters. Comme quoi il ne faut s’y tromper, même en roulant carrosse et dormant dans la soie, on est toujours quelque part le pauvre de quelqu’un d’autre.

Laisser un commentaire à propos de l'article- Merci de noter que ce n'est pas un site où mettre vos CV et informations personnelles.