Fiançailles Lhabib Choubani et Soumia Benkhaldoun

Oubliez “House of Cards” et “Harim al-Soultane” (NDLR: séries américaine et turque) et zappez sur Lalla Laâroussa! L’amourette gouvernementale qui défrayait la chronique depuis des semaines prend des allures de show familial.
En cause, deux membres du gouvernement marocain qui s’apprêteraient à officialiser leur mariage. Il s’agit, vous l’aurez compris, du ministre chargé des relations avec le parlement et la société civile, Lahbib Choubani, et de sa collègue Soumia Benkhaldoun, ministre déléguée auprès du ministre de l’enseignement supérieur. Le premier, déjà marié, s’apprête à épouser la seconde, divorcée.
Selon nos confrères d’Akhbar Al Youm, citant des sources proches, les deux ministres sont désormais fiancés. Choubani aurait officialisé sa demande en mariage, en compagnie de sa première épouse et de sa mère, rapporte le quotidien, qui a ses entrées au sein du gouvernement Benkirane.
On se souvient que la rumeur d’une relation amoureuse entre les deux ministres islamistes appartenant au parti de la justice et du développement (PJD) avait été relancée par une sortie de leur rival politique, Hamid Chabat, secrétaire général du parti de l’Istiqlal.
Ce dernier avait profité d’un meeting à Errachidia, fief électoral de Choubani, pour glisser des allusions sur le couple, tout en laissant entendre que le ministre islamiste avait été la cause du divorce de sa collègue, le traitant même de “coureur de jupons”. Soumia Benkhaldoun, une des dirigeantes de proue du PJD, avait nié cette version infamante de Chabat , affirmant avec force que son “divorce ne concerne qu’elle et son ancien mari.”
Les deux ministres islamistes sont de vieilles connaissances. Elus de terrain tous les deux, multidiplômés tous les deux, ils ont le même âge et, petit détail, Benkhaldoun a été membre du cabinet de Choubani de 2012 à octobre 2013, date de sa promotion comme ministre déléguée.
Dès mardi soir, Lahbib Choubani a répliqué, via sa page Facebook . S’il ne nie pas les fiançailles, il souhaite en préciser le contexte. Selon lui, sa demande ne vient pas “en réponse aux rumeurs véhiculées par la presse”. Et contrairement à ce qu’avance Akhbar Al Youm, il n’y aurait pas eu de “précédente demande de mariage avortée à cause d’un refus de sa mère”.
© huffpostmaghreb.com

17 avril 2015

Laisser un avis ou un commentaire

Partager cet article MaghrebInfo

S'inscrire à la newsletter MaghrebInfo

Abonnez-vous à MaghrebInfo et recevez dans votre boite les dernières mises à jour du site, Entrer votre Email:

Ne pas oublier de confirmer votre inscription en cliquant sur le lien reçu par email