Equipements de sécurité exigés aux concessionnaires automobiles en Algérie

“Le nouveau cahier des charges, en cours d’élaboration, imposera aux concessionnaires de commercialiser des véhicules dotés d’au moins dix équipements de sécurité, entre autres, des airbags et un système de freinage ABS”, a expliqué M. Oulmi, le président de l’Association nationale des concessionnaires automobiles d’Algérie (AC2A).

Le cahier des charges en préparation devant régir l’activité des concessionnaires automobiles, va exiger dix (10) équipements de sécurité dans les véhicules neufs commercialisés en Algérie, a indiqué mardi à Alger le président de l’Association nationale des concessionnaires automobiles d’Algérie (AC2A), Mourad Oulmi.
“Le nouveau cahier des charges, en cours d’élaboration, imposera aux concessionnaires de commercialiser des véhicules dotés d’au moins dix équipements de sécurité, entre autres, des airbags et un système de freinage ABS”, a expliqué M. Oulmi lors d’une conférence de presse consacrée à la présentation de la 18e édition du Salon international de l’automobile qui se tiendra du 18 au 28 mars au Palais des expositions (Pins maritimes, Alger).
Toutefois, ces nouvelles règles de sécurité pourraient augmenter les prix des véhicules, déjà en hausse depuis quelques mois à cause de l’appréciation du dollar face à la monnaie nationale, selon le président de l’AC2A.
Un groupe de travail mis en place au niveau du ministère de l’Industrie et des mines, élabore actuellement, en collaboration avec l’AC2A, le nouveau cahier des charges comportant les dispositions du décret du 8 février dernier fixant les conditions et les modalités de l’activité de concessionnaire. La souscription à ce cahier de charges est exigée pour l’obtention de l’agrément définitif de concessionnaire.
M. Oulmi appelé par ailleurs à l’instauration de normes strictes d’émission de CO2 et fixant les limites maximales d’émissions polluantes des moteurs de véhicules.
Selon lui, la règlementation algérienne doit se mettre au même niveau que celle en Europe qui impose la norme rigoureuse d’Euro 6. Cependant, cette mesure proposée doit être accompagnée par l’amélioration de la qualité de carburant commercialisé en Algérie, a-t-il encore plaidé.
Concernant l’obligation de prévoir dans le programme d’importation du concessionnaire un quota de véhicules roulant au GPL/C, le président de l’AC2A a demandé d’améliorer la praticabilité de cette mesure en renforçant le réseau de distribution de ce carburant.
Il a mis également l’accent sur la nécessité d’instaurer des avantages fiscaux pour l’importation de ce type de véhicules et d’adapter les dispositifs sécuritaires en Algérie afin d’encourager l’utilisation de ces véhicules.
Par ailleurs, M. Oulmi a souligné que la 18e édition du Salon international de l’automobile sera placée sous le signe de la professionnalisation du métier de concessionnaire ajoutant que des remises importantes y seront appliquées.
A noter que les ventes de véhicules lors de ce salon représentent d’habitude près de 30% du volume annuel des ventes des concessionnaires.
Organisé par la Société algérienne des foires et expositions (Safex) en collaboration avec l’AC2A, le Salon verra la participation de 54 exposants dont 30 concessionnaires automobiles et 24 entreprises de services (assureurs, installateurs, presse spécialisée, etc.), sur une superficie globale de 33.955 m2.
Cette édition sera marquée par l’exposition de la première voiture “made in Algeria”, la Renault Symbol, outre des nouveautés mondiales de l’automobile.
Des ateliers et des conférences-débat seront aussi organisés en marge du salon qui attend plus de 600.000 visiteurs, selon les organisateurs.
© Maghrebemergent

17 mars 2015

Laisser un avis ou un commentaire

Partager cet article MaghrebInfo

S'inscrire à la newsletter MaghrebInfo

Abonnez-vous à MaghrebInfo et recevez dans votre boite les dernières mises à jour du site, Entrer votre Email:

Ne pas oublier de confirmer votre inscription en cliquant sur le lien reçu par email