Une diplomatie flambant neuve avec l’administration Obama

Barack Obama et Hillary Clinton, chef de de diplomatie américaine

Barack Obama et Hillary Clinton, chef de de diplomatie américaine

« L’axe du mal » dont parlait George Bush est désormais une terminologie révolue. Avec Barack Obama, depuis plus d’un mois, l’outil diplomatique c’est le dialogue.
Ainsi pour Barack Obama, il faut parler avec les russes, abandonner peut-être le bouclier antimissile en Pologne et en Tchéquie qui, selon Moscou, menacerait la Russie ; mais en échange, les Etats-Unis demanderaient au Kremlin de dissuader l’Iran d’acquérir la bombe nucléaire. Parler aussi avec l’Iran, mais également avec l’autre ennemi des Etats-Unis, la Syrie, l’approche donc a changé selon les observateurs.
Dans ce dossier de la Syrie, on voit en effet se dessiner quelque chose de nouveau. Cette tentative américaine de négociations avec la Syrie a pour but d’essayer de résoudre peut-être trois questions, celle de l’Iran, le conflit entre Israël et les palestiniens et la question palestino-palestinienne concernant l’union entre le Fatah et le Hamas. Trouver pour cela donc des solutions qui puissent résoudre plusieurs problèmes en même temps. Sauf que le dialogue, n’est pas forcément l’assurance d’un résultat positif.
Négocier, c’est choisir le discours pour convaincre, et le discours de l’administration Obama n’est plus le même. Depuis quatre jours, Hillary Clinton est au Proche-orient (Charm el-Cheikh, Jérusalem, Ramallah), et c’est loin d’être une étape éclair, la diplomate en chef de Barack Obama prend son temps, rencontres, écoute … enfin, la méthode est tout à fait nouvelle pour l’administration américaine.

Laisser un commentaire à propos de l'article- Merci de noter que ce n'est pas un site où mettre vos CV et informations personnelles.