Bab Al Bahr, un projet novateur qui repose sur le présent et entrouvre le futur

Le projet Bab Al Bahr, inauguré mardi par SAR le Prince Moulay Rachid et SA Cheikh Mohamed Bin Zayed Al Nahyan, Prince héritier d’Abou Dhabi, chef suprême adjoint des forces armées émiraties, procède d’une vision novatrice et avant-gardiste qui repose sur le présent et entrouvre le futur.
Ce projet, fruit d’une coopération entre l’Agence pour l’aménagement de la vallée du Bouregreg, le groupe émirati Al Maabar, nécessitera une enveloppe de 750 millions dollars et constituera un hommage au passé et au présent, un hymne à la vie et une synergie réelle de l’authenticité et de la modernité.
Ayant pour ambition de transformer la vallée du Bouregreg en un véritable pôle touristique et urbain, et de hisser l’agglomération Rabat-Salé au rang des grandes capitales méditerranéennes, le projet Bab Al Bahr permettra de créer, à l’aune de l’année 2012, une communauté embrassant tout l’héritage qui fait la fierté de Rabat et Salé.
Ce projet grandiose, dont le plan de masse combine à la fois architecture traditionnelle, style de vie arabo-andalou et sagesse ancestrale, ambitionne de créer une parfaite harmonie entre les communautés en s’articulant autour de sept quartiers distincts qui fusionnent dans une osmose pour engendrer un tableau unique dans sa diversité, à savoir le centre de la cité, le quartier de la culture, la cité des joyaux, la cité des arts et métiers, la zone tertiaire, le front marina et le front fluvial.
Des architectes de grande renommée orchestrent le projet, une alliance subtile de l’influence populaire, culturelle et artistique ainsi que de la diversité humaine et géographique de Rabat et Salé, autant d’éléments essentiels qui entrent en jeu pour former une configuration intelligente et unique de ce paysage d’exception.
Ainsi, Bab Al Bahr prévoit un réseau routier et piéton devant permettre aux habitants d’évoluer facilement dans les quartiers de la cité. Ce plan de mobilité a été conçu dans le but d’assurer une expérience urbaine saine et vibrante, jouissant d’un accès aisé et de multiples connexions pratiques.
A l’échelle urbaine, l’orientation du projet est faite de sorte à profiter des conditions avantageuses des vents, tandis qu’à plus petite échelle, la circulation de l’air est facilitée, voire même exacerbée par les espaces des cours intérieures.
Des labyrinthes souterrains participeront à l’absorption de la chaleur afin de mobiliser les écarts de température. Ils agiront aussi sur le refroidissement des sols durant les saisons chaudes et leur réchauffement en hiver. Concernant l’aménagement du paysage, la stratégie est commandée par les points de vue existants : La vue de Bab Al Bahr (axe rouge), la vue de la Tour Hassan (axe jaune) ainsi que la vue des Oudayas (axe vert). La coulée verte sera densément plantée de pins hauts permettant le croisement d’une visibilité à partir de niveaux inférieurs offrant une voilure ombragée sur les espaces publics sous-jacents.
Le projet Bab Al Bahr, dont la durée de réalisation s’étale sur quatre ans, et construit sur une superficie de 560.000 m2 plancher, porte sur la construction de logements (308.000 m2), d’hôtels (48.000 m2), dont une unité haut standing, des appart-hôtels, des commerces, des plateaux bureaux et divers équipements publics, dont un centre de conférences, un mall et un théâtre.

D’après MAP

13 mai 2009

Un Commentaire concernant “Bab Al Bahr, un projet novateur qui repose sur le présent et entrouvre le futur”

  1. kamel dit :

    projet architecture

    View Comment
 

Laisser un avis ou un commentaire

Partager cet article MaghrebInfo

S'inscrire à la newsletter MaghrebInfo

Abonnez-vous à MaghrebInfo et recevez dans votre boite les dernières mises à jour du site, Entrer votre Email:

Ne pas oublier de confirmer votre inscription en cliquant sur le lien reçu par email