Maroc Bleu, un plan conçu pour la pêche au Maroc

La pêche un secteur économique important au Maroc; depuis un an, un plan de soutien en préparation, le plan Maroc bleu.
400.000 emplois et pas moins de 11 milliards de dirhams de recettes à l’exportation, ces deux chiffres donnent à eux seuls la pleine mesure économique et sociale de la filière pêche au Maroc. Mais alors l’entrée en vigueur de nouvelles règles à l’organisation mondiale du commerce et pour consolider le secteur de la pêche, un plan Maroc bleu pour la pêche est donc en gestation et pourrait même être officiellement présenté le 29 de ce mois, selon le journal L’Economiste, qui met l’information à sa aujourd’hui matin.
Maroc Bleu, un plan pour améliorer la compétitivité de la filière pêche au Maroc et accroître sa contribution dans l’économie nationale, mais aussi pour améliorer la qualité et la traçabilité du produit. Pour cela, il est prévu de moderniser la flotte côtière et artisanale (16.000 barques et 1800 bateaux), ce qui permettra également de meilleures conditions de travail en mer, mais aussi une plus grande adéquation entre la flotte en activité et les réserves halieutiques. D’où également la mise en place d’indemnisations aux armateurs souhaitant se retirer définitivement du secteur de la pêche.
Enfin ce plan Maroc bleu pour la pêche prévoit aussi la mise à niveau des circuits de commercialisation des ports de pêche jusqu’aux marchés de gros au poisson. Un effort déjà entamé depuis l’an dernier.

16 septembre 2009

Un Commentaire concernant “Maroc Bleu, un plan conçu pour la pêche au Maroc”

  1. Abderrahim dit :

    Sortir de l’impasse …….!
    Le concept de durabilité des ressources halieutiques ou d’autres secteurs, fait son chemin. Mais le concept n’est pas encore bien perçue.
    Il faudra s’armer de patience afin que tous le comprenne.
    La gestion durable des ressources suppose un partenariat entre les acteurs mais également des hommes responsables moins avides du résultat immédiat sans un souci de préservation pour la génération de demain.
    Selon un ancien proverbe marocain, « Un accord est une sorte de dette ».
    La Convention de Barcelone et les sept Protocoles y relatifs sont notre dette commune envers les générations futures.
    Honorer notre dette reste essentiel pour maintenir la valeur de l’héritage dont les peuples de la région ont eu le privilège de jouir pendant des milliers d’années.
    Le Maroc, comme les autres pays de la région, est concerné par un tel scénario.
    Les phénomènes climatiques vécus par le Maroc au cours des dernières années ont rendu le pays conscient des incidences du changement climatique sur le tissu social en général et sur le développement en particulier.
    La mise en œuvre de la GIZC dans une région nécessite un certain nombre d’étapes.
    Nous distinguons ici les différentes étapes: initiation, planification, mise en oeuvre, contrôle et évaluation.
    Chacune consistant en un nombre de tâches.
    Cependant, la détermination précise de ce qui doit être fait et durant quelle étape, ou même en combien d’étapes n’est pas une vérité immuable.
    Le centre d’intérêt va varier selon le contexte physique, économique, culturel et /ou politique.
    Cependant, nous pensons que la description que nous faisons dans les différentes étapes va permettre de démarrer et de comprendre la GIZC dans notre région, puisque de nombreux aspects sont discutés et peuvent être utilisés pour confectionner un programme adapté et proprié.
    L’objectif du Plan Bleu est de contribuer à sensibiliser les acteurs concernés et les décideurs aux problématiques liées à l’environnement et au développement durable de la région en leur fournissant des scénarios pour l’avenir de manière à éclairer la prise de décision.
    A cet égard et au titre de sa double fonction d’observatoire de l’environnement et du développement durable et de centre d’analyse systémique et prospective, le Plan Bleu a pour mission de fournir aux Parties contractantes des évaluations de l’état de l’environnement et du développement et un socle solide de données, statistiques,
    indicateurs et évaluations concernant l’environnement et le développement durable leur permettant d’étayer leurs actions et leur processus décisionnel.
    La protection effective du milieu marin et côtier et le développement durable de la région exigent une approche à long terme de la prise de décision pour laquelle une base solide de données fiables, comparables et homogènes est nécessaire afin d’offrir une
    évaluation réaliste de l’état de l’environnement et du développement.
    Il existe plusieurs lignes directrices dans la littérature et dans les documents mis en place par les diverses organisations qui peuvent orienter le processus de sélection de l’étape de planification réellement efficaces, écologiquement cohérents et complets…
    Il est rarement conseillé d’affronter directement les préjugés et les passions.
    Il vaut mieux sembler s’y conformer pour gagner le temps de les combattre.
    Il faut savoir naviguer sous des vents contraires et tirer une bordée jusqu’à ce que l’on rencontre un vent favorable.
    Dire «oui… et» au lieu de «mais»..
    La diplomatie est l’art de laisser les autres défendre votre point de vue….

    Voir Commentaire
 

Laisser un avis ou un commentaire

Partager cet article MaghrebInfo

S'inscrire à la newsletter MaghrebInfo

Abonnez-vous à MaghrebInfo et recevez dans votre boite les dernières mises à jour du site, Entrer votre Email:

Ne pas oublier de confirmer votre inscription en cliquant sur le lien reçu par email