Algérie • Scandale de corruption touchant la SONTARCH et le Crédit populaire

Scandale de corruption SONATRACH et Crédit populaire d'Algérie

Scandale de corruption SONATRACH et Crédit populaire d'Algérie

C’est un scandale de corruption qui fait la une des journaux algériens d’aujourd’hui, le PDG de la SONATRACH, ses deux fils sont poursuivis en justice avec un ancien PDG du Crédit populaire d’Algérie (CPA), son fils et 15 cadres des deux entreprises.
Scandale retentissant qui fait éruption à la une de la presse algérienne, la SONTARACH, le géant national des hydrocarbures qui fournit 98 % des recettes en devises de l’Algérie. SONATRACH serait atteint au sommet puisque son PDG, ses deux fils ainsi que l’ancien PDG du Crédit populaire d’Algérie (CPA), son fils et 15 cadres de deux sociétés sont poursuivis en justice pour corruption.
Le PDG de la SONATRACH, Mohamed Meziane, deux des ses fils, ainsi que l’ancien responsable du Crédit populaire algérien (CPA), Hachemi Meghaoui, son fils et un entrepreneur ont été mis sous contrôle judicaire et sous mandat de dépôt par le magistrat instructeur du tribunal Sidi M’hamed d’Alger dans l’après-midi de mardi. L’interrogatoire a duré une vingtaine d’heures et la mise en accusation est liée à des passations douteuses de marchés avec des bureaux d’études et de Consulting, ainsi qu’un marché lié à l’installation de surveillance et de sécurité. Après cette décision, le PDG de la SONATRACH a été démis de ses fonctions et a été remplacé par M. Abdelhafid Feghouli.
Il s’agit des premiers éléments d’une enquête menée par la police judiciaire depuis plus de 2 semaines, et visiblement selon les premiers éléments d’informations il y aura probablement d’autres cadres qui seront mis en accusation. Mohamed Meziane qui est à l’heure actuelle uniquement sous contrôle judiciaire, c’est-à-dire qu’il ne peut pas quitter l’Algérie et qu’il soumettre son passeport au magistrat instructeur.

Commentaires

  1. Ait Messaoudène a écrit:

    L’enivrement pétrolifère d’un ministre de la vingt cinquième heure Par Y.Mérabet
    « Il arrive qu’en inhalant du benzène, un sous-produit pétrolier on devient ivre, cela s’appelle ‘l’ivresse pétrolifère’. Ses effets agissent sur le système nerveux, on perd conscience et les pédales, on ne maitrise plus sa langue, on commence à raconter n’importe quoi en public. Alors qu’on plus de pétrole ou presque pas ? Quant on est VIP borné, on prend nos mensonges pour des vérités. Le bluff de Youcef Youcefi sur la découverte d’un méga-gisement de pétrole a semée la panique dans les milieux pétroliers ? »
    Le ministre de l’Energie et des mines vient d’annoncer une importante découverte d’hydrocarbures liquides non-conventionnels par Sonatrach, dans la région d’Ouargla. Le développement de ce nouveau gisement nécessitera l’utilisation de la fracturation hydraulique, une technique contestée pour ses effets dévastateurs sur l’environnement et les nappes phréatiques. Youcef Yousfi n’a pas prononcé le mot « schiste », lors de sa visite dans la région de Hassi Toumiet, située dans le bassin d’Amguid Messaoud où Sonatrach a réalisé une méga-découverte, dont le potentiel d’hydrocarbures a été estimé à 1,3 milliards de barils. Une découverte qualifiée de « l’une des plus importantes de ces 20 dernières années ». Mais la compagnie pétrolière publique devra utiliser des techniques non-conventionnelles, c’est-à-dire le forage hydraulique, pour espérer récupérer 50% des réserves de pétrole prouvées, contre 10 à 15% dans le cas de l’utilisation de techniques conventionnelles. Les surcouts induits par la fracturation hydraulique seront, pour leur part, de l’ordre de 10% des dépenses globales du projet, selon M. Said Sahnoun, vice-président Amont de Sontrach, qui s’est abstenu d’avancer leur montant.
    Rassurer l’opinion publique
    A l’exception des échanges d’opinion et avis d’experts par tribunes de presse ou réseaux sociaux interposés, la décision des autorités de passer vers le cap de l’exploitation des hydrocarbures de schiste n’a pas fait l’objet d’un débat public. A l’image de la plupart des décisions à caractère économique et stratégique prises auparavant par le gouvernement. Pour les autorités, ces annonces ont pour objectif de « rassurer » l’opinion sur l’existence encore de réserves importantes d’hydrocarbures en Algérie. Des réserves qui continueront à financer les investissements publics et les transferts sociaux, au moment où des informations de plus en plus alarmistes point en le déclin pétro-gazier. (***)
    Falsification des chiffres à des fins politiques
    Les inexactitudes et les calculs sur l’avenir du pétrole sont l’objet d’une vraie gruge. En 1985, les pays producteurs réunis au sein de l’OPEP ont pris la décision, jugée fort saine à l’époque, d’indexer leurs quotas de production de pétrole sur le montant des réserves déclarées par chaque pays membre. Mais des faits étonnent : d’après les données de référence reprises par le groupe anglais BP dans son rapport 2003 sur l’énergie mondiale, l’Arabie Saoudite est passée, entre 1985 et 1990, de 169 milliards de barils de réserves « prouvées » de pétrole conventionnel à… 258 milliards, soit 50% de plus ! Tous les principaux pays producteurs de l’OPEP sont dans la même situation : Abu Dhabi (30 milliards de barils déclarés en 1985 contre 92 milliards en 1988), Iran (48 milliards en 1985, 92 milliards en 1988), Irak (44 milliards en 1985, 100 milliards en 1988), etc. Le tout sans qu’aucune découverte significative de nouveaux champ pétrolifère n’ait eu lieu dans ces pays au cours de la période… D’autres supercheries apparaissent chez pays non-OPEP, Triton, la compagnie américaine qui s’est chargée de l’évaluation des ressources du champ pétrolier ‘Cusiana’ a commencé par parler de 3 milliards de barils, une valeur remarquable, qui n’a pas laissé Wall Street indifférente. Triton devait vraiment avoir besoin de l’argent de ses actionnaires, parce que lorsque BP a démarré l’exploitation de Cusiana, ils sont prudemment redescendus à 1,5 milliards de barils. Et finalement, il y a à peine 800 millions de barils à exploiter.
    Si les pays producteurs exagèrent leurs ressources, c’est aussi parce qu’elles permettent d’obtenir plus facilement des prêts bancaires. Les chiffres officiels des réserves pétrolières, sont loin d’être des données purement scientifiques. C’est le reflet d’un patrimoine financier que les États valorisent ou déprécient selon leur intérêt du moment. L’ensemble de ces sources d’exagérations contribuent à faire croire que le ‘Pic pétrolier’, et la flambée qu’il entraînera sur les prix, n’arrivera pas avant après-demain. La réalité pourrait être tout autre ; le Pic pétrolier est bien derrière nous. Alors que nous experts indépendants prévoyons une chute de la production pétrolière à partir de 2015, les études officielles, présentées par les États et les compagnies pétrolières internationales, la situent entre 2030 et 2060 selon les organismes. Une polémique qui occulte le vrai débat, celui de l’épuisement certain des réserves et de l’impasse énergétique.
    Les hommes politiques ne veulent pas parler de catastrophe, car cela supposerait qu’ils apportent des remèdes, ce qu’ils savent impossible. Les pays producteurs exagèrent leurs ressources car elles reflètent le patrimoine financier que les États valorisent ou déprécient selon leur intérêt du moment. Selon Colin Campbell, membre de l’Aspo, 46 % des ressources actuelles déclarées par les principaux pays de l’OPEP seraient douteuses, sinon fausses. Pour les compagnies pétrolières, l’enjeu est évident. Leur valorisation boursière dépend en effet des réserves dont elles peuvent se prévaloir. Évoquant le risque d’image pour les entreprises comme pour les pays producteurs et consommateurs de pétrole.
    Avec 86,6 millions de barils consommés par jour dans le monde, la théorie de la substitution, à terme, du pétrole, laisse perplexe les experts indépendants. En effet, ils prédisent également une déplétion pour le gaz naturel (2030) et le charbon (2050), ressources tout aussi épuisables que le pétrole. Le pétrole et le gaz représentent aujourd’hui 60% de la consommation énergétique. Leur déplétion va nécessiter soit de réduire la consommation, soit de se tourner vers d’autres sources d’énergie, il n’existe pas de remplaçant unique au pétrole qui attendrait son tour en coulisse, mais plusieurs énergies de substitution en retard de maturation. Le futur énergétique sera pluriel.
    La vérité sur nos réserves d’hydrocarbures conventionnels
    La Sonatrach n’arrive plus à renouveler ses réserves, il advint que dans peu de temps le prix de revient du baril de pétrole à la tête du puits sera égal ou plus cher que celui coté à la Bourse. Malgré les directives du gouvernement d’intensifier l’effort d’exploration, aucune découverte n’a été annoncée en 2003, 2005 et 2010, pour les autres années depuis 2000 les résultats sont insatisfaisants, insignifiantes et plutôt dramatiques. Durant ces 11 années on a produit 2408,3 millions de TEP et on a renouvelé par 1116, 49 millions de TEP, ce manquement sur le rajeunissement des réserves vient de rapprocher le jour « J, ce qui nous laisse comprendre que la fin du pétrole en Algérie aura lieu « 6 ans plus tôt que prévu », suite au retard sur les découvertes.
    L’Algérie est un important acteur au sein de l’OPEP exportateur d’hydrocarbures liquides et beaucoup plus gazeux, avec ses réserves modestes, mais mal exploitées. Les 3/5 de son sous-sol en terre ferme ne sont encore explorés, la totalité de ses périmètres marins off-shore ne sont pas du tout explorés.
    Les réserves d’hydrocarbures algériennes par les chiffres
    L’Algérie se classe au 10ème rang des pays de l’OPEP et 12ème en termes de réserves, dépassant le Qatar et l’Indonésie. Selon IHS, l’Algérie a des réserves restantes de 12,87 Bbbl. Cela se compare à un chiffre de 12,2 Bbbl dans BP Statistical Review. Cumulativement Algérie a produit légèrement en dessous de la moitié de sa récupération finale – 12,44 Bbbl, c’est tout juste au dessous du « peak-oil ». L’exploration et production pétrolière et gazière en Algérie a commencé dans les années 1950 lorsque Cie Française de Pétrole a découvert Hassi Messaod. PCP était le prédécesseur de Total. Étonnamment, les Français ont réussi à tenir sur les concessions longtemps après l’indépendance algérienne jusqu’au début des années 1980. Les débuts des années 1980 et au milieu des années 1970 ont été marqués par le nationalisme et la diminution des investissements, le climat s’est amélioré à fin des années 1980.
    La production de l’Algérie vient du nord du désert du Sahara – au sud de l’Atlas. Contrairement à l’Egypte, la Libye et la Tunisie, il n’y a pas de composante de la production méditerranéenne offshore en Algérie. Les bassins de Berkine et d’Illizi sédimentaires Centre-Est de l’Algérie sont productifs. Le bassin de Berkine se poursuit dans le sud de la Tunisie et de la Libye occidentale, où il est appelé le bassin de Ghadamès. La production de l’Algérie, en s’appuyant sur la production de Hassi Messaoud et les champs vieillissants dans le bassin d’Illizi, était moribonde jusqu’à fin des années 80 quand Anadarko fait des supplications pour entrer dans le pays. Anadarko et Maersk partenaires et Lasmo (acquis depuis par ENI /AGIP) sont responsables de l’ouverture du bassin de Berkine avec une série de succès d’exploration dans les années 1990. Anadarko a développé une technique de traitement de données sismiques (en particulier une correction statique révisée) qui a permis à l’imagerie. Le centre du bassin de Berkine possède certaines des dunes de sable plus importants au monde, l’énergie sismique est généralement dissipée dans le sable non consolidé dans la mesure où l’imagerie ci-dessous est impossible. Anadarko et partenaires ont trouvé un moyen de contourner cela et apporté un renouveau dans le secteur pétrolier algérien – 4 des 10 principaux domaines sont dans le bassin de Berkine. À quelques exceptions près, la production dans le bassin de Berkine provient du Trias chenaux tressés. Les conditions financières pour les opérateurs étrangers en Algérie ne sont pas des plus sympathiques, mais Anadarko fonctionne à 500.000 barils/jour de production dans le pays!
    La production de gaz est dominé par Hassi R’mel, un champ de grès du Trias qui se trouve sur une grande structurel entre l’Oued Mya et bassins sédimentaires de Timimoun. Hassi R’mel dispose de 71 billions de pieds cubes de réserves (2100 milliards de m3) restantes. Pendant longtemps, l’Algérie était le 2ème exportateur mondial de GNL avant d’être dépassé par la Malaisie, le Qatar et éventuellement le Nigeria. Hassi R’mel a représenté 85% de la production cumulative de gaz de l’Algérie.
    Pendant longtemps, l’Algérie est le plus grand quota-buster de l’OPEP. Algérie produit un grand volume de condensat de gaz qui est exempté de quota de l’OPEP. Au mois de février 2007, le quota de l’Algérie est de 0,81 millions de barils/j. Selon l’Association internationale de l’énergie, 2007 T1 production de liquides était de 1,33 millions de barils/j. La compagnie pétrolière nationale Sonatrach est. Voici le top 10 des domaines en Algérie pour les réserves restantes. Ils représentent exactement 2/3 de la base de l’Algérie réserve restante de 12,87 Bbbl. (Bbbl : milliard de barils de pétrole)
    Hassi Messaoud, 4,0 Bbbl.
    Hassi Messaoud a produit 61% de sa production finale. Sonatrach opérateur. Le « super géant » champ pétrolifère de Hassi Messaoud se trouve sur une grande structurelle entre les bassins sédimentaires. Hassi Messaoud produit à partir d’un réservoir de grès du Cambrien et a représenté 51% de la production cumulative de pétrole de l’Algérie. La production a atteint un sommet dans les années 1970 à 600.000 barils/j et a diminué lentement à 400.000 barils/j. Naturellement, cela ne suffit pas pour Sonatrach, qui a annoncé des plans pour augmenter la production de 50% avec un programme de forage horizontal vaste ! (Tous partie de campagne orchestrée de l’OPEP de maintenir leur part de marché en faisant peur à ses concurrents du marché avec la prétention qu’ils peuvent stimuler la production par des millions de barils en un clin d’œil).
    2) Ourhoud, 1,77 Bbbl.
    Ourhoud a été mis en production en 2002 et a produit 11% de sa récupération finale. « Opérateur » Sonatrach, mais Anadarko, Maersk, Total, ConocoPhillips (par le biais Burlington) et Talisman sont tous des partenaires.Production actuellement au pic de 225.000 barils/jour.
    3) Hassi Berkine Sud, 0,64 Bbbl. Hassi Berkine a mis en production en 1998 et a produit 20% de sa récupération ultime. Hassi Berkine est opéré par Anadarko. Production au pic de 220.000 barils/jour.
    4) Rhourde El Baguel, 0,61 Bbbl.
    Rhourde El Baguel a été découvert dans les années 1960 et a produit environ 50% de sa récupération finale. Il est exploité par BP, qui a acquis les actifs pétroliers/gaziers en Algérie à partir de l’ARCO. La production a atteint un sommet en 1971 de 96.000 bbl/j actuellement 35.000 barils/j. Rhourde El Baguel a été un fiasco pour ARCO, le groupe a entrepris une campagne agressive de réaménagement qui a échoué à répondre aux attentes. ARCO a prévu 125.000 barils/j, et n’a obtenu 45 000 b/j. Arco a appris que les inondations de gaz miscibles sont douteuses dans des réservoirs fracturés fortement! BP a dû prendre une dépréciation significative sur Rhourde El Baguel. Je soupçonne les réserves de Rhourde El Baguel sont sensiblement surestimée.
    5) Zarzaitine, 0,36 Bbbl.
    Zarzaitine a été découvert dans les années 1960 et est actuellement exploité par Sinopec. Il a produit 73% de sa récupération finale. La production a atteint un sommet en 1962 de 155000 baril/j, maintenant en bas à 27.000 barils/j. Zarzaitine est le seul plein champ injection d’eau en Algérie. On suppose qu’il est difficile d’obtenir de l’eau dans le Sahara. Il est dit ici la capacité d’injection est de 250.000 b /j et Sinopec a pour but de stimuler la production à 40.000 barils/jour.
    6) Hassi Berkine, 0,30 Bbbl.
    Hassi Berkine est entré en service en 2002 et est également opéré par Anadarko de 75.000 bbl/j.
    7) El Gassi, 0,24 Bbbl.
    Actuellement en cours de réaménagement par l’opérateur Hess. Il a été découvert en 1959, mais Sonatrach ne pouvait pas le faire fonctionner. Hess a stimulé la production à 50.000 barils/j à partir de trois domaines dont El Gassi est la plus grande, à l’aide de gaz miscible et d’injection d’eau.
    8) Alrar, 0,24 Bbbl.
    Découvert dans les années 1960 et exploité par Sonatrach, mais pas de production pour le moment. Remise. Il s’agit d’un champ de gaz qui produit certains des condensats. Aucune mention d’une jante huile!
    9) Ben Kahla, 0,24 Bbbl.
    Découvert dans les années 1960 et a également géré par Sonatrach sans production cumulative. Aspirations à une injection d’eau.
    10) ROD-BSFN-B RSE (Rhourde Ouled Djemma, Sif Fatima Nord Est, Sud Est Bir Rebaa!), 0,23 Bbbl. BHP opérateur.
    Entré en ligne en 2004, actuellement 75.000 baril /j. Trois domaines combinés en un seul développement.
    Un autre domaine est célèbre Tin Fouyé-Tabankort, qui est fortement appauvri. Il a des réserves restantes de 0,19 Bbbl d’une récupération finale de 0,84 Bbbl. Total en est l’opérateur. Tin Fouyé-Tabankort est célèbre pour avoir une oblique huile / eau de contact résultant d’un aquifère très stong la base de la colonne d’huile.
    Tout compte fait, l’Algérie probablement 3 milliards de barils domaines sur la base de la récupération finale – Hassi Messaoud, Ourhoud et Zarzaitine. On soupçonne que Rhourde El Baguel ne dépassera pas le seuil de 1 Bbbl. Il est une source de préoccupation avec les réserves algériennes. On dirait que plus d’un milliard de barils (~ 10%) sont à risque avec les deux exploités par Sonatrach non-actifs productifs (# 8 et # 9) et ¾ de Zarzaitine et Rhourde El Baguel améliorée /récupération assistée. Production terriblement faible compte tenu des « réserves » dans le sol. Hassi Messaoud a une histoire longue de production pour justifier ses réserves restantes qui sont de 39% de la récupération finale. On est moins préoccupé par Hassi Messaoud. En Algérie, vous ne voyez pas la tendance constante des volumes de réserves révisées vers le haut que vous voyez dans les autres pays de l’OPEP. Ce qui en Algérie sont des domaines où des révisions à la baisse ne se produit pas lorsque les données de production indiquent clairement la complexité domaine.
    Donc en conclusion les réserves prouvées restantes sont : le gaz 2100 milliards de m3 ; le pétrole brut 12 ,87 milliards de barils ; la production de brut est de 465 millions de barils/an, sur 26 ans ; la production de gaz est de 91milliards de m3/an, sur 23 ans
    Conclusion
    Suite à notre constat, on retient qu’aucun projet de développement des gisements d’hydrocarbures initié par le gouvernement algérien n’a vu le jour, c’est un fiasco sur toute la ligne. Théoriquement nos réserves prouvées peuvent tenir en moyenne 24 ans, celles récupérables sont de 2/3, pour une durée de vie de 16 ans, en déduisant les 6 années de déficit du au non renouvellement des réserves, il ne restera que 10 ans à tenir au rythme de production actuelle. Quant à la rentabilité des gisements vieillissants, dans très peu de temps, le prix de revient du baril à la tête du puits sera égal ou supérieur à celui coté en bourse. Ceci veut dire que dans très peu de temps, nous allons acheter notre pétrole au prix fort.
    Nota : Il se pourrait que ces nouvelles découvertes de méga-gisements de pétrole et du gaz annoncées par le ministre de l’énergie et des mines Youcef Yousfi, font partie des hydrocarbures non-conventionnels. On exige un démenti ou des précisions sur ces nouvelles découvertes.
    (***)
    Y. Mérabet
    Expert en énergie

    Voir ce commentaire
  2. Université de Boumerdes a écrit:

    Le pouvoir algérien vient de condamner notre ami Y.Mérabet à un an de prison ferme pour l’emploi du mot ‘Lobby’.
    Il l’avait bien prédit dans son article par cette phrase
    Les scientifiques qui osent, preuves à l’appui, se positionner contre les thèses officielles sont méprisés et dé crédibilisés, ceux qui persistent voient leur carrière brisée, s’ils ne terminent pas en prison.

    Signé Un groupe de chercheurs

    Voir ce commentaire
  3. dede5964 a écrit:

    chakib khalil devrait être en prison le salopard , ainsi que tout les ministres en poste ..Algeriens unissons nous et déposons plainte auprès du TPI et que toute cette merde aillent ainsi que le roi boutef, qu’ils aillent se faire entuber , nous avons marre de cette sale race de voyous qui nous gouverne.

    Voir ce commentaire
  4. zino a écrit:

    Une simple phrase de Y.Mérabet a suffit pour déclancher un scandale… Chakib a une téte très fragile!

    Le pétrole, le phosphate et le nucléaire

    Energie La grogne du ministère de l’énergie et des mines Par : Y.Mérabet Chakib Khalil nargue le nucléaire civil algérien « Vers 2020, l’Algérie aura sa première centrale nucléaire et nous aurons une centrale tous les cinq ans après », avait déclaré le ministre algérien de l’Energie et des Mines, à la radio algérienne, le 24 février dernier 2009. Le 14 juillet 2009 met fin au rêve algérien du nucléaire en déclarant « l’énergie nucléaire n’est plus une priorité pour l’Algérie. La création d’institut de l’engineering atomique à Ghardaïa, ne signifie pas pour autant que l’Algérie a décidé de se doter d’une centrale nucléaire ». Une part de singe chien pour l’Algérie, le plus grand dsert du monde et le plus le plus ensoleillé L’Algérie de tout le monde L’Algérie a besoin plus que jamais de diversifier ses sources d’énergie pour faire face à l’après-pétrole, l’énergie nucléaire est la seule source énergétique qui pourrait remplacer le pétrole et le gaz, sa matière première est abondante dans notre pays, il suffirait seulement de la valoriser. Depuis de longues années, l’Algérie a beaucoup investi dans le nucléaire. L’ambition des dirigeants algériens de l’époque était de doter le pays d’un parc de centrales électronucléaires nucléaires, remonte aux années 1970. Il était alors question de construire plusieurs centrales de 600 à 900 MW qui devaient assurer l’alimentation en énergie électrique et se substituer au gaz et au pétrole plus facilement exportables. Un effort considérable dans la formation du potentiel scientifique et technique a été déployé avec l’assistance de l’AIEA qui a financé, dans les années 1980, l’acquisition d’équipements et la formation de plusieurs centaines de chercheurs et techniciens dans ce domaine. Cette coopération s’est développée encore plus après la création en 1982 du Haut commissariat aux énergies nouvelles. Aujourd’hui, l’Algérie se voit sa filière nucléaire détruite et son parc ne compte seulement que deux réacteurs de recherche et d’application, lui servant de pièce de musée scientifique, l’un d’une capacité insignifiante exposé à Draria pour les étudiants, l’autre d’une ancienne technologie péri dans les sables d’Ain-Oussera en attendant le retour des enfants prodigues du pays. Ces réacteurs furent programmés et construits sous le régime nationaliste fort, de l’avant dernière décennie, d’autres gens se sont emparé du pouvoir et détruisirent tout ce que les autres ont fait de bien en l’occurrence le secteur de l’industrie, de l’agriculture et de l’énergie. Quelques élites nationales rescapées de la répression dirigée l’équipe Chakib Khalil réussirent à convaincre le gouvernement algérien pour reprendre le dossier du nucléaire algérien, qui fut confié malheureusement là ou il ne fallait pas et là ou les secrets d’Etat se vendent (Le quotidien d’Oran Du 12/10/2005 « Notre énergie au futur » par Y.Mérabet de la AARI). On lisant les déclarations de nos responsables, on a le pressentiment que ces gens là n’ont rien à voir avec l’Algérie et qui ne sont pas concernés par son futur, écoutons ces phrases « La création d’institut à Ghardaïa, ne signifie pas pour autant que l’Algérie a décidé de se doter d’une centrale nucléaire », « La création d’une centrale nucléaire exige une analyse profonde avant la prise de décision politique, qui tient compte de ses avantages mais également de ses inconvénients tant sur le plan financier qu’environnemental » Quel est votre jugement ? Eh bien ! L’acquisition de moyens de dissuasion pour protéger notre souveraineté nationale valent plus que sa peur, car c’est une continuité de la révolution algérienne que nous devons tous assumer, c’est le rêve de tout algérien de voir son pays puissant. L’Algérie est signataire du traité de non prolifération (TNP) le 30 mars 1996. En décembre de la même année, a été créé le Commissariat pour l’énergie atomique (Comena), principal instrument de la stratégie algérienne dans le domaine de l’énergie nucléaire. Une de ses missions est de promouvoir l’utilisation de cette énergie dans les secteurs de l’agriculture, l’hydraulique, l’industrie, la santé, l’aménagement du territoire ou les travaux publics. Le Comena a également pour mission d’assurer les conditions de stockage des déchets radioactifs et de veiller à leur gestion et contrôle. Deux accords de garantie ont été signés avec l’AIEA pour ces réacteurs, deux conventions sur la notification d’accident et sur l’assistance technique en cas d’accident et une convention sur la sûreté nucléaire. Depuis 2005, un décret fixe le cadre réglementaire de la gestion de ces déchets. Le Comena envisageait l’emploi de l’énergie nucléaire pour la production d’électricité et ses responsables souhaitent utiliser l’énergie nucléaire dans le vaste programme de production d’eau dessalée lancée par Algerian Energy Company (AEC) sur le littoral algérien, tout cela s’est traduit par de cuisants échecs que nous fait subir ce ministre. Le développement du nucléaire en Algérie devrait faire partie d’un vaste programme mondial de reconversion de la source fossile en source fissile en grande partie, mais aussi pour l’industrie militaire et civil. Mais les autorités algériennes n’arrivent pas à franchir les barrières imposées par l’AIEA et les pays européens pour priver l’Algérie de l’acquisition de cette industrie très lucrative. Même si l’Algérie arrivera à construire ses propres centrales, elle ne pourra pas produire de l’électricité librement, car elle se heurtera à la monopolisation de la production et la commercialisation du combustible par les trois principale puissance nucléaire à savoir la France, les Etats-Unis et la Russie, mais cela ne devrait pas nous décourager, l’exemple de l’IRAN devant nos yeux. De fortes pressions jusqu’à la menace d’intervention militaire ont été exercés sur la république islamique d’Iran par les Etats-Unis, leurs alliées européens, les monarchies arabes, Israël et même la Russie pour le priver de fabriquer son propre combustible. L’Algérie, à la tète d’un Chakib Khalil, n’arrivera jamais là ou les iraniens sont arrivés, c’est une question d’identitaire, de patriotisme et enfin d’hommes. Au manquement de tout ça, la question du nucléaire algérien doit se traiter dans le plus grand secret d’Etat, et non dans un Souk semblable à l’Immeuble Ahmed Gharmoul, lieu de la haute corruption ou tout se vend sur nos tètes. Mon pays est déshabillé, il est nu. L’avancée du Maroc et de la Tunisie le nucléaire civil Plus discrètement, nos frères marocains avancent aussi à pas mesurés sur la voie du nucléaire. Avec une particularité de nature à intéresser les responsables tunisiens : le Maroc compte sur leurs ses gisements de phosphate et celui du Sahara Occidental. En 2007, lors du voyage de Nicolas Sarkozy au Maroc, la présidente du Directoire d’Areva a signé avec le directeur général de l’Office chérifien des phosphates (OCP) une déclaration d’intention qui porte sur l’extraction de l’uranium de l’acide phosphatique marocain, signé lundi 22 octobre, prévoit notamment de lancer en commun une étude de faisabilité pour un site industriel de production d’uranium à partir des phosphates. Selon l’AIEA, la quantité d’uranium que l’on pourrait extraire l’extraction de l’uranium contenu dans l’acide phosphorique, fabriqué à partir des minerais de phosphates marocains des gisements de phosphates du Maroc avoisineraient les 6 millions de tonnes. Areva et l’OCP prévoient notamment de lancer en commun une étude de faisabilité pour un site industriel de production d’uranium à partir d’acide phosphorique. RIA Novosti. La Russie à son tour s’intéresse au nucléaire marocain, elle compte construire une centrale nucléaire fonctionnant au phosphate par la société russe Atomstroyexport, selon les officielles marocains. Les experts et dirigeants de la compagnie russe ont choisi le site de Sidi Boulbra, où pourrait être construite la première centrale nucléaire marocaine qui produira 1200 MW. Les russes envisagent de construire un institut d’engineering atomique sur le site même. Des négociations sont notamment menées avec la Turquie, au niveau intergouvernemental et entre compagnies industrielles, pour la réalisation d’autres centrales. Atomstroyexport est la plus grande compagnie russe mettant en œuvre des accords intergouvernementaux sur la construction de sites nucléaires à l’étranger. A l’heure actuelle, elle est la seule à construire parallèlement sept réacteurs en Chine, en Inde, en Iran et en Bulgarie. Soit « deux fois plus que les ressources mondiales connues des gisements d’uranium ». Mêmes soucis du côté de la Jordanie. Le Royaume Hachémite importe actuellement à hauteur de 96% pour faire face à ses besoins en énergie Près de 20% de son PIB est ainsi dépensé en énergie. Or voici qu’aux dernières nouvelles, les quelques 1,2 milliard de tonnes de phosphate qu’il a en réserve pourraient receler 130.000 tonnes d’uranium. Le géant minier anglo-australien Rio Tinto a été chargé de son extraction. Un contrat a été signé en ce sens, le 23 février. Soit quelques mois à peine après la signature d’un protocole d’accord entre la Commission jordanienne de l’énergie atomique (JAEC), l’Atomic Energy of Canada Limited (AECL) et la SNC-Lavalin International, l’un des tout premiers spécialistes du nucléaire mondial et qui… maîtrise (réellement) l’extraction de l’uranium à partir du phosphate. La SNC-Lavalin était d’ailleurs bien présente dans notre pays en février dernier pour faire la promotion de sa solution. Faut-il rappeler encore une fois que la Tunisie produit 8 millions de tonnes de phosphate marchand, ce qui la place au 5ème rang mondial des pays producteurs. La Tunisie est en deuxième position parmi les Etats qui valorisent le plus ce précieux minerai. 85% de sa production sont ainsi valorisés. Rien qu’à l’usine de la Skhira, on produit ainsi plus de 375.000 tonnes d’acide phosphorique par an. Tout dernièrement, le Groupe chimique tunisien (GCT) de Gabès a annoncé la mise en chantier de plusieurs projets d’ici 2011. Dont un projet d’unité de production d’acide phosphorique d’une capacité de 400 tonnes par jour. Or l’uranium peut aussi être récupéré à partir de l’acide phosphorique. Les phosphates tunisiens et marocains marquent le pas. (le Quotidien d’Oran du 21/04/2009 « phosphates pour le Maroc et uranium pour la France » par Y.Mérabet et du FINANCIER du 23/04/2009 « Les phosphates au Maghreb : enjeu politique, enjeu d’avenir » par Y.Mérabet).

    répondre

    Voir ce commentaire
  5. zino a écrit:

    Un nouveau scandale:Khercha une corruption à l’échelle mondiale (article sensuré par la presse francophone algérienne)

    ENERGIE
    Le nouveau Lobby “technologique” du captage et du stockage du CO2 Par: Y.Mérabet
    Au fait, le captage et le stockage du CO2 désignent une succession de procédés technologiques consistant à capter le dioxyde de carbone (CO2) présent dans les gaz rejetés par l’industrie, à le transporter et à l’injecter dans des formations géologiques. Les méthodes de séquestration sont loin d’avoir fait leur preuve sur le long terme et ce n’est qu’un prétexte pour la naissance de nouveau lobby “technologique”, après le lobby pétrolier qui contrôle toutes les nos réserves pétrolières, ce véritable coupable de la libération massive du CO2 dans l’atmosphère.
    La mission principale du captage et stockage du CO2 (CSC) est la réduction des émissions de CO2 dues à la combustion de l’énergie fossile à des fins industrielles en premier lieu le charbon et le pétrole et les gaz conventionnels et non conventionnels. Selon le degré de respect de la règlementation de la lutte contre le réchauffement climatique par les Etats, il pourrait être dans les autres secteurs de l’industrie, qui émettent beaucoup de CO2 comme la cimenterie, le raffinage, la sidérurgie, la pétrochimie, la transformation du pétrole et du gaz, etc. Une fois capté, le CO2 est transporté vers une formation géologique adaptée, dans laquelle il sera injecté afin de l’isoler à court terme de l’atmosphère. Les conséquences des modifications de la biomasse sont actuellement imprévisibles, car les processus bio-réactionnels ont étés peu étudiés dans les conditions correspondant à celle d’un stockage de gaz acides. Cette capture et ce stockage du CO2 à la manière ‘hypocrite’ dans un réservoir naturel, ne se passera pas sans conséquences graves dans le moyen et long terme, car cette pratique est une source de fort déséquilibre thermodynamique (du coté mécanique), mais aussi peut perturber le fonctionnement biologique dans le réservoir. Du coté écologie et lutte contre le réchauffement climatique, il est certain que cette ‘technologie laboratoire’ et loin de servir cette lutte, bien au contraire dans le long terme il faudrait s’attendre à des transformations imprévisibles dangereuses de l’écorce terrestre. La consommation de l’énergie fossile nécessaire au maintient du niveau de développement des pays fortement industrialisés et à l’accroissement du niveau de vie celui des pays émergeants, s’accompagnera par des émissions croissantes de rejets du CO2 dans l’atmosphère, qu’il faudrait le ‘cacher’ sous terre, au même titre que les déchets nucléaires. Cette pratique insolente pour le mépris de notre terre, nous rappelle celle ‘d’un homme malade qui cache ses crachats sous son lit’. A cet effet, nous exprimons nos craintes sur l’invocation de la possibilité de séquestration qui pourrait conduire certains Etats à ne pas s’adopter à ce nouveau comportement mondial de réduction du niveau de la consommation ou à ne pas soutenir des politiques énergiques en la matière, ainsi que le reste des résolutions sur la question du réchauffement climatique. Il y a également accord sur le fait que la séquestration, certes ‘ incontournable’ pour les pilleurs de la planète, sera chère et posera des problèmes d’environnement, elle restera qu’un moyen. « curatif » contre les émissions et une façon de tromper les écologistes. D’autres moyens que la nature a développés pour absorber le surplus du CO2 de l’atmosphère sont plus humains et justes, comme la reforestation par exemple. Cela semble beaucoup moins absurde de planter des arbres que d’aller enterrer du CO2 sous terre, comme si la croute terrestre n’appartient plus à la terre! Quand on sait que le coût d’une (1) tonne de CO2 dégagé dans l’atmosphère fait des dégâts évalués à plus de 2000 $ et que des milliers, sinon des millions d’Ha de nos forêts ont été détruites ou brulés, sachant qu’une superficie de 300 Km2 peut absorber 1 000 000 de tonnes de C02 en plus de ses innombrables effets bénéfiques pour l’homme et la nature. Il serait quand même utile de replanter des arbres partout et là ou on le peut. La forêt reste le seul moyen pour absorber définitivement les rejets délibérés du C02 que l’homme méchant fait jaillir de la terre. Certes le combat contre le réchauffement climatique est du long terme, que les pauvres doivent mener contre les riches, car ils ont besoin de vivre, mais viendra le jour ou nos enfants verront les effets, ils nous salueront d’avoir redonné vie à leur planète et oublieront notre malédiction. Les méthodes de séquestration sont loin d’avoir fait leur preuve sur le long terme et on n’y voit qu’un prétexte pour la naissance de nouveaux lobbies “technologiques” et des Etats corrompus : après le règne du lobby pétrolier sur la planète, voilà les véritables coupables de la libération massive du CO2 dans l’atmosphère depuis le siècle dernier.
    La séquestration du C02, une bombe à retardement
    Quand au stockage du CO2, les plantes font cela très bien depuis des millions d’années (c’est grâce à cela entre autre que le pétrole est apparu sur terre puisqu’il est issu par la transformation des plantes sous l’effet de la pression et de la température dans l’écorce terrestre, lors des mouvements tectoniques des plaques; ça prend quelques millions d’année, c’est bien pour cela qu’on ne parle pas de renouvelable, du moins à l’échelle humaine…). Des exemples naturels laissent penser que la séquestration longue durée est possible, mais non sans risques : certains gisements de gaz naturel contiennent une proportion importante de CO2, conservé sous pression depuis des millions d’années. Néanmoins, des fuites naturelles existent, parfois mortellement brutales comme dans le lac Monoun (1984) ou dans le Lac Nyos où l’émission soudaine d’une énorme bulle de CO2 a en 1986 tué 1700 personnes et des milliers d’animaux. Dans le cadre du Protocole de Kyōto, les entreprises séquestrant le carbone éviteraient des taxes et pourraient vendre leurs droits d’émission, tout en pouvant bénéficier de subventions et programmes de recherches, un règlement ne concernant plus les pays pauvres. D’une manière ou d’une autre, personne n’est capable d’affirmer que le carbone aujourd’hui présent sous forme de charbon dans le sous-sol ne se retrouvera pas demain dans l’atmosphère sous forme de CO2, participant ainsi à l’effet de serre. Le stockage géologique du CO2 est la seule façon de s’assurer, sans hypothèse hasardeuse sur l’action de l’homme dans des siècles, que ce carbone ne participera pas au réchauffement climatique. En 2006, le géologue américain Youcef Kharaka lança le message suivant à propos du stockage géologique du CO2 : quand on injecte du CO2 dans un aquifère profond, il déclenche une cascade de réactions chimiques qui pourraient mettre en cause l’étanchéité du stockage. Une alerte reprise par plusieurs articles de presse et sur le Net.
    A l’origine de l’annonce de Youssef Kharaka, une expérience d’injection de CO2 dans le sous-sol. Menée sur le site de Frio, dans le golfe du Texas, elle s’est déroulée en octobre 2004. Les scientifiques ont injecté 1 600 tonnes de gaz carbonique dans un puits creusé à 1 500 mètres de profondeur. Là, se trouve une couche de grès, perméable, poreuse, chargée en saumure. Puis ils ont mesuré, grâce à un puits d’observation distant de 30 mètres et par des prélèvements d’échantillons, les conséquences géochimiques de l’opération. En injectant ainsi du gaz carbonique, la saumure a baissé son pH drastiquement de plus de 6 aux environs de 3. Cette acidification brutale contribue à une dissolution rapide de minéraux carbonatés et au largage d’ions métalliques ainsi que de molécules organiques. Kharaka se posa la question : est ce que ces transformations géochimiques vont-elles se traduire par la «formation de chemins vers la surface», permettant ainsi le retour du CO2 à l’atmosphère ? Les métaux et composants organiques toxiques mobilisés peuvent-ils se retrouver ailleurs, dans des nappes d’eau utilisées ? Au final, faut-il abandonner l’idée du stockage géologique? La séquestration du CO2 intéresse un grand nombre de chercheurs et de décideurs, ainsi que le public, mais ne semble pas être une solution disponible à court terme ni opérationnelle à grande échelle à moyen terme. Des expérimentations sont en cours et une dizaine de projets d’envergure industrielle pourraient être opérationnels en 2010, mais ils resteront insignifiants par rapport aux émissions mondiales d’environ 25 milliards de tonnes/an de CO2. Pour séquestrer rien que 10% de ces émissions, il faudrait environ un millier projets de grande envergure, et plusieurs centaines de sites sécurisés, ainsi que des milliers de kilomètres de pipe-line pour enfin de ne rien faire avec ce CO2.
    Actuellement, des institutions comme Sonatrach, BP, Statoil, l’UE, ou encore le département US de l’énergie, ont contribué au financement du projet pour suivre le comportement des gaz dans le sous-sol à In Salah, utilisant le réchauffement climatique comme prétexte, leur intérêt c’est de faire du business, que du business. L’Algérie est utilisée par le lobby ‘technologique’ du CSG comme tremplin pour accéder aux futurs gros marchés de carbone des pays de l’OPEP, qui se chiffre à plusieurs milliards de dollars. L’AIE (L’Agence Internationale de l’Energie), un instrument du lobby pétrolier mondial et des superpuissances économiques vient de saluer la réalisation du laboratoire de séquestration du CO2 de In-Salah par Sonatrach et encourage les autres pays de l’OPEP à suivre cet exemple, voilà les prémices d’une collaboration douteuse. Ceux qui est derrière le CSC sont déjà connus, les ministres corrompus des Etats du Sud, l’Agence Internationale de L’Energie, et en fin le lobby ‘technologique’. Ce n’est plus le réchauffement climatique qui les intéresse, mais le réchauffement de leur portefeuille. De nouvelles évolutions (notamment en ce qui concerne le stockage) seront nécessaires et plusieurs obstacles devront être surmontés pour que la CSC devienne une technique de réduction déguisée des émissions de CO2 à part entière. De nombreux projets pilotes sont développés à différents stades dans le monde entier. Sonatrach est la première compagnie nationale de l’OPEP et des pays du Sud qui controverse les principes fondamentaux de la lutte contre le réchauffement climat en tendant la main au lobby ‘technologique’. Selon l’AIE, la technique du CSC pourrait être mise en place d’ici 2015 à plus grande échelle si ces projets pilotes obtiennent de bons résultats, voilà que l’enjeu des CSG qui se confirme après le sommet se confirme ?
    Conclusion L’existence de conflits d’intérêts entre deux agences de l’ONU, l’Agence Internationale pour l’Énergie Atomique, dont l’objectif principal est la promotion des centrales nucléaires dans le monde. L’Agence Internationale de l’Energie désinforme la réalité et communique des chiffres gonflés sur les réserves pétrolières et gazières pour rabaisser les prix du baril au profit de l’approvisionnement des superpuissances grandes dévoreuses d’énergie Des voix s’élèvent au sein des ONG et des commissions contre les lobbies, mais cela ne suffit pas encore à les faire trembler.
    Les scientifiques qui osent, preuves à l’appui, se positionner contre les thèses officielles sont méprisés et décrédibilisés, ceux qui persistent voient leur carrière brisée, s’ils ne terminent pas en prison.

    N.B Le Dr. Vasco du Lawrence Berkeley National Laboratory fait des recherches sur les déformations de la surface du sol suite à l’injection de CO2 à In Salah dans le Sahara algérien. Un million de tonnes de gaz sont injectées par an à environ 2 km de profondeur. L’interférométrie radar a permis d’observer une élévation de la surface du sol de de 5mm par an sur des kilomètres…

    Expert en énergie (Algérian Society For International Relations)

    Voir ce commentaire
  6. Mohand a écrit:

    Ce scandal atteint 07 degres sur l’echelle des scandales qui en compte 09.

    Voir ce commentaire

Laisser un commentaire à propos de l'article- Merci de noter que ce n'est pas un site où mettre vos CV et informations personnelles.