Algérie : nouveaux affrontements liés au gaz de schiste

Les violences se poursuivent dimanche entre manifestants et forces de l’ordre à In Salah.
La situation reste tendue dans la ville d’In Salah, dans l’extrême sud de l’Algérie, au lendemain des premiers affrontements survenus, samedi, entre manifestants et forces de sécurité depuis le déclenchement du mouvement anti-gaz de schiste, indique-t-on de source locale.
Après avoir limité leur action à des rassemblements et à des marches pacifiques depuis plus de deux mois, les citoyens d’In Salah, qui enregistre une intensification des travaux d’exploration, ont tenté de prendre d’assaut la base de vie d’une entreprise étrangère, située à une dizaine de kilomètres de leur ville.
Les “violents affrontements” entre manifestations et forces antiémeutes chargées de la sécurité des locaux de la société américaine Hillburton ont fait “des dizaines de blessés, dont plusieurs femmes”, selon le quotidien El Watan de dimanche.
“La tension est à son paroxysme à In-Salah, devenue, particulièrement après le discours du Premier ministre prononcé à l’occasion de la célébration de la nationalisation des hydrocarbures coïncidant avec le 24 Février, une véritable poudrière qui risque d’exploser à tout moment si des mesures sérieuses ne sont pas prises de sitôt”, souligne de son côté Liberté.
Dans un communiqué rendu public la veille, le Collectif de In Salaha relève que la compagnie nationale Sonatrach “a décidé d’opérer le fracking en soutenant par un renfort sécuritaire extraordinaire l’entreprise Halliburton en charge des hydro-fracturations assassines”, en faisant fi des “risques avérées” sur la santé publique et des “conséquences environnementales néfastes et malheureusement définitives sur l’eau et l’environnement”.
“Nous, citoyens algériens de In Salah, avons décidé d’empêcher l’entreprise de fracturer en construisant un barrage humain sur le site du forage et en barrant la route à Halliburton”, prévient le Collectif, mettant l’accent sur le caractère pacifique de ce mouvement.
Et de nouveaux affrontements ont éclaté, dimanche, selon le quotidien Tout sur l’Algérie. “Les manifestants contre le gaz de schiste ont forcé le cordon formé par les forces antiémeutes autour de la place située devant la daïra. « Les forces de l’ordre ont commencé à lancer des bombes de gaz lacrymogènes pour nous disperser », affirme Kacem, un militant anti-gaz de schiste.”
Le président Abdelaziz Bouteflika, qui a qualifié le gaz de schiste de “don du ciel”, avait appelé à fructifier les hydrocarbures conventionnels et non conventionnels ainsi que les énergies renouvelables dont dispose le pays et à en tirer profit, tout en veillant à assurer la sauvegarde de la santé de la population et la protection de l’environnement.
© Medi1 avec Agences

1 mars 2015

Laisser un avis ou un commentaire

Partager cet article MaghrebInfo

S'inscrire à la newsletter MaghrebInfo

Abonnez-vous à MaghrebInfo et recevez dans votre boite les dernières mises à jour du site, Entrer votre Email:

Ne pas oublier de confirmer votre inscription en cliquant sur le lien reçu par email