Algérie: l’Etat ne veut pas Orange dans le capital de Mobilis

Orange MobilisLes ambitions du groupe français des télécommunications Orange en Algérie ne se concrétiseront pas. La société qui désirait entrer à hauteur de 20% dans le capital de Mobilis, la branche mobile de l’opérateur historique Algérie Telecom, a vu ses intentions rejetés. Selon le journal l’Express, c’est par une correspondance de Mohamed Bait, le secrétaire général du Ministère de la Poste et des technologies de l’information et de la communication, datée du 24 septembre 2014, qu’Orange a reçu a été informé du refus du gouvernement algérien.
L’intérêt d’Orange pour des parts dans Mobilis est né en avril 2014, suite à l’annonce du gouvernement de faire entrer Mobilis à la Bourse d’Alger avec ouverture à 20% de son capital social. La décision, qui touchait également d’autres sociétés publiques dans d’autres secteurs d’activités telles que la banque avec Crédit populaire d’Algérie, a été prise pour donner un coup de fouet au marché financier algérien qui souffre de la désaffection des investisseurs étrangers pour des placement dans les valeurs mobilières.
Le groupe Orange est déjà présent dans les autres pays du Maghreb, région très dynamique dans les télécoms en Afrique. Fort de 45 millions d’abonnés pour une population de près de 39 millions d’habitants, l’Algérie qui est novice dans la 3G a encore beaucoup d’opportunités à offrir dans les TIC. Son marché est partagé entre Djezzy, le leader, Mobilis et Ooredoo.
© Agence ecofin

27 novembre 2014

Laisser un avis ou un commentaire

Partager cet article MaghrebInfo

S'inscrire à la newsletter MaghrebInfo

Abonnez-vous à MaghrebInfo et recevez dans votre boite les dernières mises à jour du site, Entrer votre Email:

Ne pas oublier de confirmer votre inscription en cliquant sur le lien reçu par email